Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2015

POIRES POCHEES AU THE ET AUX EPICES

POIRES POCHEES AU THE ET AUX EPICES

Préparation : 40mn

cuisson : 30 mn

réfrigération : 4h

Ingrédients pour 4 personnes

4 poires, 1 clou de girofle, 1 bâton de cannelle, 1 c à café d'extrait de vanille liquide, 5g de thé de Ceylan, 500ml d'eau, 200g de sucre en poudre, 100g de groseilles, 100g de framboises, 1 c à soupe rase de gingembre râpé, feuilles de menthe

Epluchez les poires. Coupez un chapeau sur le dessus et évidez les. Dans une casserole, faites bouillir l'eau avec le sucre, la cannelle, le clou de girofle, e gingembre et la vanille. A ébullition, ôtez la casserole du feu et ajoutez le thé. Couvrez et laissez infuser 3mn. Filtrez. Remettez la casserole sur le feu avec les poires et laissez cuire 30 mn puis déposez chaque poire dans une coupelle individuelle avec 3 c à soupe de sirop. Laissez au frais 4h. Juste avant de servir, garnissez l'intérieur de chaque poire de groseilles et de framboises préalablement nettoyées. Fermez avec le chapeau des poires et décorez d'une feuille de menthe.

* vous pouvez présenter ce dessert dans une belle tasse à thé

 

pour information A CHACUN SA POIRE......

POIRIER_ANGELYS_A.JPG

 

Angélys créée en 1963 à L'Inra d'Angers, cette poire est généreuse, avec un épiderme qui la protège des meurtrissures et dévoile une chair fine. Elle offre une palette de parfums qui se développent au fur et à mesure de sa saveur sucrée sont ses atouts en bouche. Délicieuse en accompagnement d'un vin pétillant ou de fromages comme le Roquefort.

2391-poirier-beurre-hardy.jpg

 

 

 

Beurre Hardy Créée en 1820 par M Bonnet, cette poire, à la peau rude et épaisse de couleur olivâtre, se pare d'un roux bronzé au soleil. Elle offre une chair des plus fines délicieusement parfumée, tendre et sucrée, avec des saveurs acidulées et légèrement musquées. Délicieuse au couteau ou en accompagnement des fromages, du gibier ou du poisson.

Doyenneducomice2.JPG

 

Comice Créée en 1849 dans les jardins fruitiers du Comice horticole d'Angers cette poire joue le goût et les couleurs entre jaune pâle et vert jaune qu'elle pare de rouge vermillon lorsqu'elle est exposée au soleil. Ses formes dodues et son épiderme lisse avec parfois de fines rugosités laissent apparaître une chair blanche. Celle-ci douce fondante, et sucrée, offre une vraie rondeur en bouche. Elle fait des merveille en accompagnement du foie gras, des épices, des poissons et des crustacés mais s'apprécie aussi séchée ou en compote.

arcimbo_35839023_m_poire_conference.jpg

Conférence Créée en 1885 en Angleterre par Monsieur Rivers, cette poire, de forme fuselée, charme par son élégance  avec sa robe vert bronze jaunâtre, ses roussissures et son culot bronzé. Elle dévoile une chair juteuse légèrement rosée à maturité. Sucrée et très peu acidulée, elle offre des arômes d'écorces de citron jaune. Lorsqu'elle est encore ferme, elle a une bonne tenue à la cuisson et se prête parfaitement aux tartes et confitures. Elle accompagne également les poissons et les crustacés.

 

Guyot Créée par le Docteur Jules Guyot en 1870 cette poire brille par sa chair ivoire qu'elle cache sous une peau dont les nuances vont du vert clair au jaune. Fondante, juteuse et sucrée, elle est particulièrement rafraîchissante.

image_197.jpg

Louise Bonne Créée par Monsieur de Longueval en 1780 qui la dédia à sa femme Louise (d'où sont nom), cette poire, plutôt menue, affiche une peau fine et verte tendant vers le jaune avec de légères tâches brunes. Elle rougit facilement au soleil. Acidulée, sa chair est ferme et très légèrement juteuse. De bonne tenue à la cuisson, elle accompagne à merveille le gibier et s'apprécier en tarte ou en crumble.

poirier-louise-bonne_FR_500_0003321.jpg

Passe Crassane Créée en 1845 par Monsieur Boisbunel (un pépiniériste), cette poire à l'apparence "bouton d'or" se distingue par ses contours bien arrondis et dissimule sous une peau épaisse, juste marbrée de jaune, une chair très légèrement granuleuse. Fondante et juteuse, elle libère en bouche une note parfumée et légèrement acidulée, avec parfois une pointe d'astringence qui réveille agréablement les papilles. Elle adore les gibiers, les fromages et se marie très volontiers au chocolat noir.

220px-Passe-Crassane.JPG

 

 

 

Williams Créée en Angleterre par Monsieur Wheeler (instituteur), cette belle blonde aux rondeurs trapues présente une peau lisse et ponctuée de tâches de rousseur. Lorsqu'elle se pare d'un rouge écarlate ou l'appelle Williams Rouge. Fondante, elle libère des arômes musqués. Surtout, elle s'adapte à toutes les transformations.

300px-Poires_williams_Vertes_et_Rouges_Savoie.jpg

 

 

18/02/2014

Un petit mot sur les cours d'initiation de thé

Samedi, j'ai reçu un groupe pour une initiation de thé.

L'art et la Manière 

Cours d'initiation sur le thé durée 1h pour les groupes, associations, clubs, comité d'entreprise et particuliers. 

Qu'est ce que le thé?

Au cours d'un voyage à travers les plantations du monde entier.

Apprendre comment préparer le thé

Dégustation dans de bonne condition

Le matériel

Jeux sensoriels

Le plaisir du thé par-delà les sens 

Livre d'or (exprimer ses sensations)  

                   

initiation du thé, thé, professionnel du thé, recettes, cours, auxdelicesdenaty; jardins suspendus,

initiation sur le thé, cours sur le thé, thé, professionnel, auxdelicesdenaty, jardins suspendus, vente en ligne, magasin le havre

initiation de thé, cours de thé, professionnel du thé, thé, auxdelicesdenaty, jardins suspendus 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP8026.JPG    

 

 

 

 

 

 

 

Une initiation avec beaucoup de questions un moment très convivial et je pense enrichissant ....

Dégustation de plusieurs thés et de pâtisserie à base de thé !

 

Bonne journée à tous ! A bientôt Naty !

Pou vous inscrire soit par courriel auxdelicesdenaty@orange.fr ou par téléphone 06.18.55.51.41

 

 

 

08/07/2009

UNE NOUVELLE ANNEE DANS LA CAMPAGNE YUNNANAISE.....(site www.puerh.fr)

(site www.puerh.fr)Extrait du site écrit par Olivier Schneider le lien est sur le côté de mon blog Naty  

Nous venons de passer en Chine dans l'année du Lapin. Comme vous le savez certainement le calendrier chinois n'est pas basé sur le cycle solaire, comme l'est le calendrier grégorien, mais sur le cycle de la Lune. Et c'est donc chaque année, entre le 21 janvier et le 20 février du calendrier grégorien, soit le premier jour du printemps dans le calendrier lunaire, que nous débutons en Chine la nouvelle année. Mais bien plus qu'un simple formalité, ou qu'une nuit de festivités symboliques telle que nous la pratiquons généralement en occident le 31 décembre, le "passage de l'année" aussi appelé Nongli Xinnian (农历新年) est pour une grande majorité de Chinois l'événement le plus important et attendu de l'année et qui d'une certaine manière condense en une semaine ce que nous connaissons en occident à travers les fêtes familiales de Noel, de nouvel an, et les grandes vacances estivales... 

Bien qu'il y ait une racine commune et un certain nombre de similitudes dans les festivités de la nouvelle année, on note de très grandes différences entre les pratiques, rites, coutumes et habitudes, selon les régions chinoises et les ethnies qui y vivent. Plus que cela encore, le nouvel ans se déroule souvent de manière sensiblement différente d'un village à l'autre, et même au sein du Yunnan j'ai passé des nouvel ans radicalement différents selon les villages où je me trouvais pour le jour de l'an.

En vous souhaitant donc la meilleure année qu'il soit, je vous propose de partager ces moments magiques et de vous emmener pour un petit aperçu du nouvel an tel que l'on peut le vivre dans certaines campagnes du Yunnan.

Tout un pays en congé pour une semaine de festivités...

Le nouvel an c'est tout d'abord la seule période de vacance annuelle, généralement entre 5 et 15 jours, pour la grande majorité des Chinois, et c'est donc un moment fortement attendu de tous. Mais c'est aussi souvent, surtout compte tenu de l'étendue de la Chine, le seul moment ou les familles se retrouvent. Au vu de l'immensité de ce pays, et du nombre d'habitants qu'il comporte (plus d'un Milliard trois cents mille) je vous laisse imaginer la complexité et le relatif chaos que représente chaque année, ne serait-ce que l'immense flux humain concentré sur ces quelques jours (regarder durant les congés estivaux la paralysie annuelle des réseaux auto-routiers Français, pays d'une cinquantaine de millions d'habitants seulement, en prenant en compte que ces congés sont généralement étalés sur 2 mois, donne un vague aperçu du problème une fois mis à l'échelle chinoise). Toute l'infrastructure du pays est donc chaque année adaptée pour contenir ce gigantesque mouvement d'ensemble, les trains et avions sont réservés des mois à l'avance et l'achat des billets nécessite souvent des heures de queue, en particulier dans les grandes villes, les réseaux postiers sont totalement débordés, de nombreuses entreprises sont saturées et ne sont plus en mesure de proposer leurs services... posant ainsi annuellement et àMais c'est aussi, dès la veille du nouvel an, la fermeture pour au moins une semaine, d'une grande majorité (la totalité dans certaines régions ou villes) des commerces, magasins, industries, restaurants, etc... On observe ainsi, notamment dans le Yunnan une sorte d'inversion particulièrement intéressante entre villes et campagnes. Tandis que dans les campagnes cette semaine de nouvel an résonne d'une vie et d'une activité hors du commun, les villes telles que Kunming prennent l'apparence de villes fantômes. Les rues désertées ne sont plus qu'une succession de rideaux de fer clos et il est illusoire pendant une grosse semaine d'espérer trouver une épicerie où faire ses courses, un restaurant où manger ou un salon de massage ouvert.

 

064l_001.jpg
Et plus que de simples vacances, qui viendraient en quelque sorte envelopper le réveillon, c'est ici tout le nouvel an qui s'étale sur une semaine, dont chaque jour est festivité.

Nettoyer le passé et soigner le futur...

Le nouvel an chinois est un passage. On ne fête pas simplement l'arrivée de la nouvelle année, on passe de la précédente à la suivante et bon nombre des pratiques et coutumes de ce nouvel ans sont précisément là pour permettre que ce passage se fasse dans les meilleures conditions. On commence donc pour cela et avant le premier jour du printemps, par effacer les mauvaises influences de l'année qui vient de s'écouler, on nettoie sa maison de fond en comble, on finit de la construire si elle est en construction, on essaye de régler les choses qui auraient du être réglées dans l'année, on rembourse ses dettes, etc. On prépare ensuite la nouvelle année pour qu'elle soit un nouveau départ et se déroule pour le mieux. Dans de nombreux villages le nouvel an est traditionnellement le moment d'acheter de nouveaux habits et les marché sont

pour cela pleins.

(Article sur le site de Pu erh.fr sur le côté de mon blog)

 

064l_010.jpg

On voit encore ainsi dans certains villages les enfants courir à travers les rues le jour de l'an pour montrer leur nouveaux habits. On allume aussi le jour de l'an dans certains villages, de grands bâtons d'encens, de taille humaine, à droite et à gauche de la porte de la demeure. De même c'est l'occasion de redécorer sa maison, en particulier avec des inscriptions de bon augure pour cette année, que l'on accroche sur les portant et les battants de la porte d'entrée pour le nouvel an après avoir pris soin d'enlever celles de l'an passé, et qui y resteront ensuite toute l'année. Outre ces messages on en profite aussi souvent pour revoir la décoration de sa maison, selon le style et la mode de la région, et là aussi les marché de campagne s'emplissent les jours précédents le réveillon de tableaux, broderies et posters, qui aideront à entrer dans l'année sous un jour nouveau.

Argent, nourriture et pétarades au coeur de la fête...

La nourriture et l'argent sont depuis des temps très anciens deux piliers omniprésents dans la culture et le quotidien chinois. C'est d'autant plus présent durant le nouvel an où tout est fait pour que l'année qui vient apporte prospérité et fortune. Tout doit être gros, imposant, cher ou tout du moins sembler cher et de nombreux produits comme le thé sont proposés dans de très grosses boites richement décorées. La phrase la plus courante que l'on emploie pour souhaiter la nouvelle année est ainsi Gongxi facai (恭喜发财) qui signifie quelque chose comme "félicitations et faites fortune"... à laquelle les enfants rajoutent parfois en rime Hongbao Nalai: "Par ici les hong bao".

Le nouvel an est en effet le moment on l'on offre les Hong bao, ces enveloppes rouges dans lesquelles on glisse quelques billets. Traditionnellement on offre des Hong bao aux enfants, ses propres enfants lorsqu'il sont jeunes ou les enfants des familles que l'on va visiter durant le nouvel an. Ce sont dans ce cas généralement des enveloppes symboliques contenant de petits sommes. Mais, une fois les enfants devenus adultes, et leurs parents vieillissant, il est d'usage de donner des Hong bau plus conséquents à ses parents. En Chine, où la notion de famille est bien plus importante qu'elle ne l'est en général en occident, et où il n'y a pas de système de véritable retraite, c'est traditionnellement les enfants qui entretiennent ou aident leurs parents lorsque ceux-ci ne peuvent plus travailler, rendant d'une certaine façon le soutient qu'ils ont reçu dans leur jeunesse. Afin que l'année ne soit que renouveau, il est d'usage dans de nombreuses régions, de n'offrir dans les Hong bao que des billets neufs, et les distributeurs de banque ne proposent en général durant cette période que des billets flambant neufs.


1.Décoration de nouvel an, l'argent à l'honeur
2.Billets de 100 RMB flambant neufs tels qu'il sortent des distributeurs en cette prériode
3-4.Marché de Meng tuo (Lincang) avant le nouvel an
5-6. La poule, achat vedette et inévitable sur les marchés

La nourriture est bien sûr très présente, et au coeur de l'événement. Plusieurs jours avant le réveillon les marchés de campagne sont bondés et croulent de victuailles en tous genres: poules, coqs, poissons, cochons, et légumes à foison. Il est courant pour une famille, même modeste, d'acheter poule(s), coq et poissons, ainsi que du porc et parfois du boeuf en abondance. On cuisine ensuite pendant une grosse journée, parfois deux, préparant ainsi des dizaines de mets en quantité astronomique, assez pour nourrir un régiment pendant toute la semaine du nouvel an... Encore une fois tout doit être en abondance, et à chaque repas de la semaine devra être présent tous types de viande, poissons et légumes, préparés avec le plus grand soin, finesse et raffinement et en quantité suffisante de manière à ce que les plats ne puissent pas être vidés par les convives. Outre le raffinement gustatif, la composition des plats et aussi largement symbolique. Ainsi par exemple le poisson, aussi très présent dans les décorations de nouvel an, doit être présent à chaque repas, la prononciation de poisson (魚, yu) étant la même que celle du mot surplus (馀, yu), ce qui porte bon présage pour que l'année à venir soit baignée dans le surplus.


1-3.Cuisine en campagne la veille du nouvel an
4.Abondance et diversité, table en fin de déjeuné le jour de l'an

 

Le dîner du réveillon se passe généralement exclusivement en famille restreinte, avec les habitants du foyer. Les invités ne sont souvent pas tolérés, et même les membres de la famille vivant dans deux foyer séparés du même village ne passent pas ce temps ensemble. Il en est généralement de même le jour suivant, voir les deux jours suivants selon les villages. Passée cette première phase, famille et amis commencent à se visiter, et durant plusieurs jours, parfois une semaine, s'inviter dans les maisons des uns et des autres lors de déjeuners et dîners où la nourriture et d'alcool fort abondent et qui peuvent durer des heures...


Galettes de riz gluant préparés traditionnellement à Wan Yao (Lincang) pour la nouvelle année

 

La Chine n'ayant pas inventé les feux d'artifice pour rien, le tout est baigné de pétarades, presque continuelles, et le ciel des nuits de gerbes colorées. Traditionnellement on allume des feux d'artifice la nuit de la nouvelle année, et un grand ruban de pétards, que l'on pend devant la porte, le jour de l'an. Mais on ne se contente pas de cela et feux d'artifice et pétards, qui sont vendus absolument partout, explosent gaiement dans tous les coins pendant tout le nouvel an, enfumant les rues et créant un ronronnement incessant. Faits à la main, ces feux d'artifice et pétards sont d'une variété mais surtout d'une puissance sans commune mesure avec ce qui est en vente libre en occident, hors du réseau des professionnels de la pyrotechnie.


1.Ruban de pétards traditionnellement que l'on allume traditionnellement devant sa porte pour le nouvel an
2.Rue après l'explosion des précédents pétards
3.Stand de feu d'artifices dans un marché de Jiang chuan 
4.Mini feu d'artifices
5.Charge de feu d'artifice de la taille d'un poing

C'est d'autant plus remarquable dans la campagne avoisinant Jiang chuan où la totalité des feux d'artifice et pétards du Yunnan sont fabriqués, et on on trouve des explosifs capables d'enfumer en quelques instants une rue complète, ou des feux d'artifice de la taille d'un poing, dont les gerbes atteignent des hauteurs et des dimensions incroyables. Comme pour tout ce qui accompagne le nouvel an, on achète au plus gros, et beaucoup dépensent des fortunes pour ces quelques moments magiques, qui accompagnent le passage.

Bienvenue dans l'année du Lapin!

L'Astrologie chinoise est quelque chose de très complexe, à quelle de nombreuses croyances et cultures se sont mêlées depuis des siècles qui se basent autant sur l'astronomie, sur la religion ou les croyances populaires. Parmi les différents systèmes qui s'y entremettent 12 signes représentants des animaux réels ou imaginaires ont été introduits durant le XX siècle, probablement issus de l'astrologie Persanne et arrivée en Chine via le Tibet ou l'Inde, chacun de ces signes venant successivement marquer une année donnée. C'est ainsi que nous venons, pour un an, de rentrer dans l'année du Lapin (tu 兔), bien que pour être précis le passage dans le signe du lapin ne se fasse pas le premier jour du printemps mais au jour dit Lichun (立春), qui prend place le 4 ou 5 février. Par ailleurs ,il est bien de rappeler que ,dans certains pays d'Asie, notamment le Viet Nam, cette année n'est pas celle du lapin mais du chat, quatre des 12 signes variant en effet selon les pays...

Le passage d'un signe à l'autre marque dans la croyance Chinoise tous les évènements de l'année, à commencer par le caractère de ceux qui naîtront durant cette année, mais aussi l'ensemble des évènements qui arriveront au cours de l'année. On dit ainsi que l'année du lapin (qui par ailleurs est une année Yin) sera tranquille, tout du moins en apparence, et permettra de prendre des forces avant l'année du dragon, nettement moins paisible. C'est donc l'année du repos et de la tranquillité, qui par ailleurs sera ,selon la culture chinoise, profitable aux diplomates, aux hommes de loi et à la justice.

Les enfants qui naîtront durant l'année du lapin seront tranquilles et heureux. On dit du lapin qu'il est doué, ambitieux, agréable, discret, réservé , raffiné et prudent. Quelqu'un de malin et verbeux, qui aime son entourage et est apprécié de ce dernier. Diplomate ,le lapin sait garder son calme et son sang-froid en toute situation. Le lapin est réputé un bon homme d'affaire, particulièrement habile à saisir les bonnes occasions et en tirer profit. Cependant, on attribue au lapin un caractère superficiel, léger, et conservateur. Ne pouvant être heureux que dans le confort et la stabilité il craint le changement, évitera consciencieusement tout risque de bouleversement.

Une nouvelle année pour puerh.fr

Pour puerh.fr, cette année, longuement attendue sera celle de l'épanouissement après près de 5 années de travail, marquera d'une certaine manière l'aboutissement de mes recherches durant ces années, mais plus qu'un aboutissement sera aussi l'année du renouveau et de l'éclosion de nouveaux horizons. 

Cette année verra ainsi tout d'abord le jour le site www.puerh.fr, sous sa forme véritable. Fruit d'années de travail acharné il reprendra et interconnectera l'ensemble des articles sur le thé que j'ai écrit ces dernières années, dans de nouvelles versions, remaniées, partiellement re-rédigées et largement enrichies de divers contenus.

Mais c'est aussi, notamment grâce à de nouveaux partenariats et de nouveaux moyens, l'année du renouveau dans notre travail de recherche, avec la mise en place dans le Yunnan et à Hong Kong de différents programmes de recherches autour du puerh et de la culture du thé, que vous découvrirez à travers les nouveaux articles de 2011, notamment des recherches sur le vieillissement du puerh et un vaste projet de recherche sur la cartographie du Yunnan et des terroirs du puerh. Renouveau aussi dans ma propre situation, puisque j'ai profité du passage de l'année pour déménager et déménager mon bureau, au beau milieu d'un petit village agricole des montagnes de Lincang, au coeur même des montagnes à thé du Yunnan (qu'elles appartiennent à Lincang, au Xhishangbanna ou à Pu'Er), contexte idéal, duquel je poursuivrai plus profondément encore mes recherches et rédigerai les articles qui ponctueront cette nouvelle année.


Wan yao cun, petit village de Lincang d'où j'écris ces quelques mots

Plus encore cette année, et après les différentes partenariats que nous avons eu les dernières années avec des structures locales, notamment afin de vous proposer les thés que nous avons découvert, verra l'avènement d'une nouvelle structure partenaire, possédant une présence permanente au coeur des montagnes à thé (pour les jeunes thés de terroirs), mais aussi à Hong Kong et Taiwan (pour les thés âgées) dans laquelle nous sommes cette fois fortement investis. Outre de permettre le financement de nos nouveaux projets de recherche, cette nouvelle structure vous permettra plus simplement encore et de manière plus efficace d'accéder aux thés que nous aurons sélectionnés pour vous, avec une totale garantie de la qualité, de l'authenticité, de la provenance précise et des conditions de stockage de ces thés, qu'il s'agisse de jeunes thés ou de thés anciens. Outre de permette, avec éthique et respect, l'approvisionnement en puerh de qualité, il s'agira aussi pour les professionnels qui depuis longtemps suivent nos recherches, de pouvoir proposer nos services de conseil et d'expertise concernant le puerh et les thés du Yunnan.

Je tiens à en profiter pour remercier personnellement tous ceux qui m'ont soutenu et m'ont apporté leur aide durant ces années, et grâce à qui l'année du Lapin se dessine pour puerh.fr comme celle de l'éclosion et de l'épanouissement, et dont j'espère que vous apprécierez les fruits! N'hésitez d'ailleurs pas à vous joindre à nous si vous pensez pouvoir nous apporter une aide quelconque, le printemps s'approche mais la route reste longue...

En vous souhaitant encore une merveilleuse année du Lapin qui je n'en doute pas sera pour nous tous l'année de toutes les réussites!

(extrait de l'article d'Olivier sur le site puerh.fr)

Bonne lecture

Naty

 

 

17:20 Écrit par NATY dans Blog, HISTOIRE DU YUNNAN, Loisirs, MYTHE ET LEGENDE, TEMOIGNAGES | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/02/2009

MYTHE ET LEGENDE

 

 

Mythes et légendes

La légende raconte que Bodhidharma, disciple de Boudha, lors d'une de ses longues méditations, s'assoupit et fit alors des rêves voluptueux. À son « réveil », il s'en voulut tellement qu'il se coupa les paupières pour ne plus jamais s'assoupir. Et là où étaient tombées ses paupières poussèrent les premières plantes de thé. Dès lors, tous les moines bouddhistes boivent du thé pour éviter l'engourdissement pendant leur méditation...

Selon une autre légende plus vraisemblable, Gautama Bouddha découvrit le thé quand une feuille tomba dans sa tasse alors qu'il méditait, assis dans un jardin.

Dans une autre légende assez proche de la seconde, c'est pendant une tournée de l'empereur de Chine Shen Neng, que quelques feuilles de thé sont tombées d'un arbre sauvage dans l'eau chaude de sa boisson, formant une liqueur brun-jaune. Il goûta la mixture par curiosité et fut séduit par son arôme et ses propriétés stimulantes.

 

243px-998.jpgLe thé est une boisson stimulante, obtenue par infusion des feuilles du théier, préalablement séchées et le plus souvent oxydées.

D'origine chinoise, où il est connu depuis l'Antiquité, le thé est aujourd'hui la boisson la plus bue au monde après l'eau. La boisson elle-même peut prendre des formes très diverses : additionnée de lait et de sucre au Royaume-Uni, longuement bouillie avec des épices en Mongolie, préparée dans de minuscules théières dans la technique chinoise du gōngfū chá, la cérémonie du thé.

Par analogie, le mot désigne, dans certaines régions francophones une infusion préparée à partir d'autres plantes (par ex. thé de tilleul) bien que l'on doive parler plus proprement de tisane. Il en est de même dans certains pays où le thé ne fait pas partie d'une culture ancienne (Allemands ou Italiens parlent ainsi de « Tee » et de « Tè » quelle que soit la plante utilisée) et où le café prédomine largement le secteur des boissons chaudes.

Introduction du thé en Europe

Le thé, tout comme le café, fut introduit en Europe par les Néerlandais : en 1606, un navire hollandais de la Dutch East Company embarqua à Java quelques caisses de thé, échangées contre des caisses de sauge. Soit que les Hollandais achetèrent alors des thés fermentés, soit que le thé fermenta naturellement au cours du voyage, toujours est-il que le thé fut d'abord connu en Europe sous la forme de « thé noir ».

En 1653, les premières caisses arrivent en Angleterre où le thé se répand rapidement, porté par la vogue du café. La reine Anne Stuart le consomme pour la première fois au petit déjeuner. Anne, Duchesse de Bedford (1788-1861) est la première à inviter ses amies pour une petite collation lors de l'après-midi, autour d'une tasse de thé accompagnée de petits gâteaux, de sandwiches, de pâtisseries. Elle imite une habitude des salons français, qui d'ailleurs disparut en France, avant d'être de nouveau réintroduite à la fin du XIXe siècle... par imitation de la tradition britannique !

La pratique éminemment sociale de l'afternoon tea se répandit dans toutes les couches de la population et se formalisa au XIXe siècle en five o'clock tea.

Le thé devint au cours des XVIIe siècle et XVIIIe siècle un enjeu économique majeur, l'objet d'une lutte acharnée entre Anglais (puis Britanniques) et Hollandais. La Compagnie des Indes Orientales, fondée en 1599 par la reine Élisabeth, eut le monopole du commerce du thé jusqu'en 1834.

En 1638, le Japon ferma ses ports à l'Occident pour plus de deux siècles. La Chine devint donc la principale source d'approvisionnement en thé. À la fin du XVIIIe siècle, les Britanniques mirent en place un système triangulaire tout à leur avantage : le pavot produit dans leurs colonies indiennes, transformé en opium, était échangé en Chine contre du thé, qui était vendu à son tour sur le marché européen.

La Chine tenta de s'opposer à l'importation de l'opium : interdictions de l'importation, saisies et destructions de caisses se succédèrent sans effet. Après la première puis la deuxième guerre de l'opium, la Chine est contrainte d'autoriser le commerce de l'opium, de limiter ses tarifs douaniers, d'ouvrir des ports à l'Occident, de céder Hong Kong aux Britanniques, etc.

La Boston Tea Party fut, en 1773, un acte de désobéissance dans lequel des habitants des colonies qui allaient constituer les États-Unis jetèrent à la mer des caisses de thé britannique pour protester contre les taxes. Cet événement préfigure la Guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique.

En 1823, le Major Robert Bruce découvrit en Assam une espèce indigène de théier. En 1834, pour pallier la perte de son monopole, la Compagnie des Indes Orientales entreprit d'installer des fabriques de thé en Inde. Elle commissionna, en 1848, Robert Fortune pour un voyage d'exploration en Chine, en fait une véritable entreprise d'espionnage industriel. Déguisé en Chinois, se fondant sans difficulté dans la foule, Fortune mena remarquablement à bien sa mission. Il parvint à envoyer en Inde pas moins de 20 000 plants de théiers chinois et surtout à recruter huit fabricants de thé qui livrèrent à la Compagnie tous les secrets pour mener à bien la culture du thé. La variété assamaise se révéla la mieux adaptée au climat très chaud de la péninsule indienne. Elle fut rapidement plantée en Inde et à Ceylan. Aujourd'hui, la plupart du thé produit dans le monde provient de cette variété.

14:13 Écrit par NATY dans MYTHE ET LEGENDE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mythe et légende du thé | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook