Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LES DIFFERENTES SORTES DE THE

  • Petite recette facile avec le Thé de Naty

    Imprimer

    Lait au thé Solidi'thé' de Naty

    250 ml de lait végétal (lait d'amande, lait d'avoine, etc.) ou de lait normal 2 cuillères à café bombés de Thé Solidi'thé' en vente sur la boutique en ligne et 1 pincée de poivre et Un peu de sirop d'agave pour adoucir peut également être ajouté.

    Préparation:
    Mettez environ le tiers du lait dans une casserole, ajouter 1 c. à thé Solidi'thé' et bien mélanger. Ajoutez une pincée de poivre et faites chauffer brièvement sur le feu. Ajouter progressivement le reste du lait jusqu'à ce que tous les épices du thé soient infusées. Toujours goûter si pas assez fort à laisser infuser encore quelques minutes chaque palais est différent!.

    Conseil pour les gourmets:
    Pour ceux qui veulent profiter d'un Lait 'solidi'thé'  plus onctueux, remplacez le lait par de la crème liquide en mixant pour pouvez aussi faire une chantilly avec un dessert!! si vous trouvez que deux cuillères à café ne suffisent pas une de plus....attention la force du thé infusé peux aussi dénaturé le goût recherché.

    Pour 10 glaçons au thé Matcha Epa'thé' vos amies

    Ingrédients :

    1 cuillère à café matcha en vent sur la boutique en ligne auxdelicesdenaty-boutique.com

    200 ml d eau chaude 90°C

    Préparation :

    Versez le matcha  dans un petit bol et mélangez-le avec l' eau à 90°C. Avec un balai en bambou. Laisser refroidir le liquide pendant 5 minutes. Remplir un moule à glaçons et congeler pendant 8 heures.

    Vous pouvez ensuite servir les glaçons.

     

    A bientôt Naty sur de nouvelles recettes!

     

    Des recettes simples à faire toute l'année pour les thés vous les retrouverez sur la boutique en ligne www.auxdelicesdenaty-boutique.com

  • Les cinq sens en éveil

    Imprimer

    Ecouter, observer, sentir, goûter, toucher

    * on écoute la bouilloire

    * on observe la feuille sèche, la feuille humide, la liqueur

    * On sent les parfums de la feuille sèche, puis ceux de la feuille infusée

    * on perçoit la température de la liqueur au premier contact avec les lèvres

    * on sent les arômes du thé lorsque l'on à la liqueur en bouche

    * on est attentif aux saveurs du thé que perçoit la langue

    * On touche la feuille sèche, on prend la feuille humide entre les doigts pour la dérouler. Dans la bouche, le toucher intervient au niveau de l'intérieur des joues, du palais et de la langue.

     

    con- cen -tra -tion !

    La voie directe

    Le premier contact avec le thé est le plus souvent olfactif, par inspiration

    La voie rétro-nasale

    le deuxième contact la déglutition

    odeur ou arôme ?

    La carte des saveurs

    Le principe

    C'est essentiellement la langue, seul organe du corps doté de papilles gustatives, qui perçoit les saveurs.

    Bien que n'ayant pas une fonction spécialisée, ces papilles sont plus ou moins sensibles aux différentes saveurs, si bien qu'il est  possible de dresser une carte sensorielle de la langue

    - La saveur acide est identifiable sur certains thés noirs

    - La saveur salée est absente du thé sauf chez les tibétains qui ajoutent du sel !

    - La saveur sucrée souvent infime est présente dans les Bancha ou les Pu erh . Pour ces derniers, elle est d'ailleurs un critère de qualité en Chine.

    - La saveur amère n'est pas un défaut sauf si elle est trop prononcée car elle rompt alors un équilibre. Nous ne l'apprécions pas spontanément. Elle fait partie du profil aromatique de certains thés.

    - La saveur umami souvent infime, apparaît dans certains thés japonais comme les Gyokuro.

     

    Les différentes notes'parfums du thé'

    - fruité (vergers, baies, agrumes, exotiques, fruits cuits, fruits coques)

    - végétal frais ou cuit ou sec ou herbes aromatiques ou terres ou boisé ou sous bois

    - floral frais ou fleurs blanches ou fleurs opulentes

    - beurré et lacté ou doux et vanillé ou gourmand ou pyrogèné

    - épices douces ou épices piquantes

    - fumé

    - famille animale (étable, cuir, laine mouillé..)

    - famille marine (huitre, moule..)

    - crustacés, poissons ou autre iode

     

    Les textures du thé

    onctueuse ou aqueuse ou astringente ou lisse ou poudrée ou huileuse ou râpeuse ou souple ou ronde ou charpentée etc....

     

    Profil aromatique et l'harmonie en bouche exemples ci-dessous

    - Doux, délicat et très puissant. Un thé avec beaucoup de caractère, de présence, d'intensité et de longueur en bouche. On perçoit des notes dominantes et beaucoup de petites nuances qui font la richesse du thé.....

    - A la fois doux et complexe long en bouche évolutif comme un vieux vin dont les notes s'enchaînent de façon remarquable...

    - Amples et équilibrés, les arômes restent ne bouche de longues minutes après la dernière gorgée.....

     

    A bientôt Naty pour un nouvel article

     

  • AMATEURS DE THE D HIER ET AUJOURD'HUI

    Imprimer

    Dégustez toujours le thé comme s'il était la vie elle-même, sans en laisser dissiper l'arôme.N'en buvez jamais plus de trois grandes tasses :le thé est l'essence même de la modération.Plus encore, il permet à celui qui en boit de mieux dompter les " Six Passions" LU YU

    L'enfance du thé coïncide avec celle de la littérature ; mais celle-ci, dans les temps anciens, ne se distingue pas encore de la philosophie, de la médecine ou de la morale : ces trois genres ne faisaient qu'un, et le premier nom authentique que nous rencontrons, celui de LU YU, au début du IXè siècle, est lié à une oeuvre mi-historique, mi-morale, ressemblant assez à celle des Pré-socratiques de notre civilisation occidentale.J'ai choisi parmi beaucoup d'autres, cette petite leçon de conduite.

    "La veuve de Shen Wu vivait avec ses deux fils dans  la ville de Yanxian. Elle était une adepte du thé.  La cour de sa maison abritait la tombe d'un inconnu et, toutes les fois qu'elle préparait du thé, elle ne manquait pas d'en offrir au défunt avant d'en boire elle même. Ce qui déplaisait à ses fils. " Que peut bien en savoir la tombe, disaient ils. Vous vous donnez vraiment du mal pour rien." Ils se décidèrent à supprimer la tombe, mais devant les raisonnements de leur mère, différent plusieurs fois leur geste. Or, une nuit, la veuve fit un rêve: un homme l'accostait qui lui disait : " Il ne reste rien de moi excepté cette tombe qui existe depuis trois cents ans. A plusieurs reprises vos fils ont décidé de la détruire,  mais votre protection les en a empêchés. De plus vous m'offrez toujours du thé qu sent bon. Quoique je ne sois plus quelques os desséchés, que puis je faire pour répondre à votre gentillesse?" Lorsqu'elle se leva le matin la veuve trouva dans sa cour cent mille pièces d'or qui semblaient avoir été enterrées depuis longtemps alors que la ficelle qui les enserrait paraissait neuve. Elle appela ses fils et leur fit honte en leur montrant ce que la vieille tombe avait fait"

    Méditation du poète Lo Tung avant la première tasse de thé

     

    Beaucoup plus poétique apparaît l'histoire de cette jeune chinoise, tirée des Six récits au fil inconstant des jours pa Sheng Fu, traduit par Ryckmans

    "En Eté, quand les lotus commençaient à fleurir, Yun emballait quelques feuilles de thé dans un petit sachet de gaze, qu'elle allait déposer le soir dans une corolle de lotus avant que la fleur ne se referma et le matin, dès que le lotus se rouvrait, elle reprenait le sachet ; avec de l'eau de source, nous en faisions alors un thé dont l'arôme était d'une délicatesse suprême"

    Ecoutons maintenant quelques poètes. Le premier est Lu Tong  qui vivait sous la dynastie des Tang

    "La première tasse humecte mes lèvres et mon gosier.La seconde rompt ma solitude.La troisième pénètre mes entrailles et y remue des milliers d'idéographes étranges.La quatrième me procure une légère transpiration et toute ce qui est mauvais dans ma vie s'en va à travers les pores de ma peau"

    Voici également ce que dit Li Zhilai, un poète Song :

    "Les trois choses les plus déplorables du monde sont : une belle jeunesse gâtée par une fausse éducation, voir de beaux tableaux dégradés par l'admiration du vulgaire, et voir gaspiller tant de bon thé par une manipulation imparfaite"

    Le Japon ne s'est pas non plus laissé distancer dans l'évocation lyrique du thé. Nombreux sont  les haikus célébrant la bouilloire, l'eau qui frémit, la tristesse d'une tasse de thé.

    Voici la citation du maître Okakura Kakuzô

    "Le thé est une oeuvre d'art et a besoin de la main d'un maître pour manifester ses plus nobles qualités. Il y a du bon et du mauvais thé comme il y a de bonne et de mauvaise peinture, plus souvent de mauvaise et il n'existe pas plus de recette pour faire le thé parfait qu'il existe de règles pour produire un Titien (oeuvre peinture) ou un Sesson (moine bouddhique et peintre japonais)"

     De nos jours Sen Soshitsu lui fait echo :

    "Je prends un bol de thé dans mes mains. Dans sa couleur verte, j'y aperçois toute la nature. Je ferme les yeux pour contempler les collines et l'eau pure de mon coeur. Seul et silencieux, je m'agenouille et bois mon thé, et tous cela entre en moi. Partageant ce bol avec les autres, ceux ci deviennent une partie de moi, et de la nature. Trouver une paix durable en nous-mêmes, et en compagnie des autres, tel est le paradoxe du Chadô.(chemin du thé cérémonie du thé)"

    Si Balzac avait vécu plus longtemps, il aurait certainement fait du thé le"personnage" principal d'un roman, tout comme la collection du Cousin Pons est le centre d'une de ses oeuvres. Nous nous contenterons de relever ce court passage tiré de la Cousine Bette :

    "En ce moment, Valérie apportait elle-même à Steinbock une tasse de thé. C'était plus qu'une distinction, c'était une faveur. Il y a, dans la manière dont une femme s'acquitte de cette fonction, tout un langage ; mais les femmes le savent bien ; aussi est ce une étude curieuse à faire que celle de leurs mouvements de leurs gestes, de leurs regards, de leur ton, de leur accent, quand elles accomplissent cet acte de politesse en apparence si simple. Depuis la demande : prenez vous du thé? Voulez vous du thé? Une tasse de thé ? froidement formulée et l'ordre d'en apporter donné à la nymphe qui tient l'urne, jusqu'à l'énorme poème de l'Odalisque venant de la table à thé, la tasse à la main, jusqu'au pacha du coeur et la lui présentant d'un air soumis, l'offrant d'une voix caressante, avec un regard plein de promesses voluptueuses, un physiologiste peut observer tous les sentiments féminins, depuis l'aversion, depuis l'indifférence, jusqu'à la déclaration de Phèdre à Hippolyte. Les femmes peuvent là se faire, à volonté, méprisantes jusqu'à l'insulte, humbles jusqu'à l'esclavage de l'Orient . Valérie fut plus qu'une femme, elle fut le serpent fait femme, elle acheva son oeuvre diabolique en marchant jusqu'à Steinbock, une tasse de thé à la main. Je  prendrai, dit l'artiste à l'oreille de Valérie en se levant et effleurant de ses doigts , autant de tasses de thé que vous voudrez m'en offrir, pour me les voir présenter ainsi!... Que parlez vous de poser? demanda t elle sans paraître avoir reçu en plein coeur cette explosion si rageusement attendue".

    Thomas de Quincey écrivait à propos du thé :

    "Ridiculisé par ceux dont la sensibilité nerveuse est grossière, ou rendue telle par la consommation de vin, et qui par conséquent ne peuvent apprécier l'effet d'un excitant aussi délicat, le thé n'en sera pas moins le breuvage préféré de tout penseur".

    Et il ajoutait un peu plus loin, de façon plus banale :

     "Il est sûr que chacun se rend compte des plaisirs divins attachés à un feu de cheminée, en hiver : des chandelles à quatre heures, des couvertures chauffées, du thé, une maîtresse de maison avenante, des volets clos, des rideaux tombant en amples draperies jusqu'au sol, le vent et la pluie que l'on entend faire rage, tout autour."

    Nous nous consolerons de la carence de Baudelaire en citant les quelques strophes amusantes que son ami, le gentil Théodore de Banville, a daigné consacrer au thé : 

    "Miss Ellen, versez moi le Thé

    Dans la belle tasse chinoise

    Où des poissons d'or cherchent noise

    Au monstre rose épouvanté

    J'aime la folle cruauté

    Des chimères qu'on apprivoise :

    Miss Ellen, versez moi le Thé

    Dans la belle tasse chinoise

    Là sous un ciel rouge irrité

    Une dame fière et sournoise

    Montre en ses longs yeux de turquoise

    L'extase et la naïveté :

    Miss Ellen, versez moi le Thé"

    Toujours dans le domaine de la fantaisie, voici cette petite chanson sur un air d'Offenbach

    "Je ne connais rien au monde

    D'excellent comme le  thé,

    Mais il faut que le sucre fonde

    Et qu'il soit bien apprêté !

    Après le pâté

    C'est bien bon le thé !

    Quand on est calme, il agite ;

    Mais quand on est agité,

    Le thé vous calme bien vite ;

    C'est sa double qualité !

    Après le pâté

    C'est bien bon le thé !"

     Littérature russe (Samovar) et arabe

    Autout du samovar chez un ami à Peterhof Klioukvine XIXè siècle.

    Quand vint l'heure où le jour décline,

    On apporta le samovar ;

    Dans une théière de Chine

    Le thé se trouvait mis à part ;

    Olga pu déployer ses grâces

    A loisir, emplissant les tasses,

    Pendant que le petit garçon

    Offrait la crème sans façon."

    Un petit bond dans l'espace et nous nous trouvons dans le désert libyen d'où provient cette chanson, La joie de Dieu:

    "Le sucre et le thé sont mes frères.

    Je ne les ai pas achetés avec de l'argent.

    Si la bouilloire est sur le feu,

    Prends garde que nul ne s'en approche.

    Celui qui entre chez moi comme un chien errant

    N'obtient pas la moindre tasse.

    Quand l'eau bout dans mon foyer,

    La face de Dieu s'en trouve réjouie."

    L'image classique du thé anglais, mélange de quiètude et de silence, de solitude partagée près d'un feu, remonte à la fin du XVIIIè siècle. Le préromantisme a mis à le mode les élégies sentimentales, comme en témoigne ce poème de William Cowper, paru en 1785 :

    "Et maintenant active le feu, ferme les volets.

    Laisse tomber les rideaux et retourne le sofa.

    La bouilloire pousse un sifflement et l'eau frémit,

    Elle projette en l'air une colonne vaporeuse.

    Les tasses qui nous égaient sans nous enivrer

    Nous attendent tous les deux.

    Acceptons le soir qui vient et souhaitons-lui la bienvenue."

     

    La suite la semaine prochaine !

    A bientôt Naty13876684_10154348831498965_3092866318095614780_n.jpg

  • Thon fumé au Thé

    Imprimer

    Thon fumé au thé

    Ingrédients :

    1.250kg de thon détaillé en darnes

    4 cuillerées à soupe d'huile d'olive

    2 cuillèrées à soupe de thé lapsang souchong et 2 cuillères à soupe de thé vert nature

    4 cuillerées à soupe de sucre en poudre, sel et poivre, selon goût marjolaine

    préparation 10mn et cuisson 10mn thé noir lapsang souchong

    Badigeonnez d'huile les darnes de thon et assaisonnez les . Réservez.

    Tapissez un wok avec une feuille d'aluminium

    Mêlez les thés et le sucre, puis déposez ce mélange sur la feuille

    Lorsque le barbecue est très chaud, couvrez le wok et posez sur le feu. Dès que le thé commence à fumer, placez une grille à l'intérieur du wok et mettez quelques tranches de thon.

    Laissez cuire environ 5 mn jusqu'à ce que le thon soit brun clair à l'extérieur mais rose au centre en le retournant une fois. Retirez du feu et tenez au chaud. Recommencez l'opération avec le reste du thon et le même mélange de thé. Garnissez de marjolaine pour servir.

     

    *attention ne prolongez pas trop le fumage, sous peine d'anéantir la saveur du poisson.

    Vous pouvez faire le même principe avec d'autres poissons

    thé vert 

     

     

    www.auxdelicesdenaty-boutique.com

  • DEGUSTATION AUJOURD'HUI CHINA YELLOW HUANG LONG 1ST GRADE

    Imprimer

     Un trésor impérial

    La couleur jaune révèle déjà la valeur particulière de ce thé rare. Les empereurs de la Chine antique s'habillaient traditionnellement en jaune, couleur qui  symbolisait le luxe et la richesse. Le caractère de ce thé gracieux, d'une éclatante couleur dorée, est tout aussi majestueux. Des accents floraux créent une douceur agréable et forment une association enveloppante avec des notes de miel et de beurre. Il procure, à la dégustation, une inoubliable sensation, douce et crémeuse. Le prix de ce thé est de 24,00€ les 100grs. Pour les amateurs de thé d'exception....

      DSCF7091.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

         DSCF7092.JPG

     DSCF7087.JPG