Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2016

Noel en Alsace

Les chants de  noël https://www.youtube.com/watch?v=hFIXdOQRYFs

 

http://www.noel-le-film.alsace/dynamic/pdf/brochure_histo...

Strasbourg_marché_de_Noël_place_de_la_cathédrale_jour_décembre_2014.jpg

Entre mythe, légende et souvenirs d’enfance, le sapin de Noël est pour la plupart d’entre nous le symbole d’un moment de grâce qui permet à tous, petits et grands, jeunes et anciens de se réunir dans la paix de Noël. Le besoin de se raccrocher à l’espoir du renouveau, au coeur même de l’hiver, remonte à la nuit des temps.

et aussi

Etincelant de lumière, scintillant de rubans, avec des petites pommes rouges et tout à son sommet un ange avec des ailes d’or, c’est l’arbre de paradis au Pays de « Noël en Alsace ».

Nous sommes en 1521, le comptable de la ville de Sélestat prend sa plume et note, dans le livre des comptes de la ville, une mention qui restera dans l’Histoire …  Il y fait état des 4 schillings dépensés pour rémunérer les gardes forestiers, chargés de surveiller les sapins de la forêt communale, durant l’hiver. Après s’être réchauffé les mains au coin du feu, il ajoute encore que les habitants de la ville pourront prélever gratuitement un sapin, afin de le décorer « comme cela se pratique depuis des temps immémoriaux »… Conservée jalousement à la Bibliothèque Humaniste de la ville, cette mention – la plus ancienne jamais écrite faisant référence à l’arbre de Noël – fait de l’Alsace le berceau de cette coutume devenue universelle.

L'existence d'arbres décorés en Alsace remonte au Moyen-Age. Le 24 décembre, un sapin était placé dans le chœur des églises où il représentait l'arbre du Paradis.  Suspendu au plafond il était décoré de petites pommes rouges "Christkindel" rappelant le fruit de la tentation.

Dès la fin du XVIè siècle, s'ajoutent des roses et autres fleurs en papier, ou parfois en fines feuilles de métal doré travaillé, rappelant l'arbre de Jessé qui présente la filiation du Christ, mais aussi la Rose de Noël.

Puis viennent à la fin du  XVIIIè et au début du XIXè siècle, les noix dorées et argentées. Les hosties sont remplacées par les Bredele et des confiseries en pâte d'amande et pain d'anis. Vers 1840, une gravure montre le pied du sapin entouré d'une petite palissade de bois qui rappelle l'enclos de l'arbre du Paradis.

Dans la seconde moitié du XIXè siècle, se répand l'usage d'imprimer et de presser des images brillantes découpées et embouties en relief, qu'on colle sur des sujets en sucre et en chocolat. On invente le sucre glace et on en badigeonne les bredele avec des granulés colorés. Les pains d'épices sont alors superbement ornés de sucre et d'images imprimées.sapin-noel-place-kleber-strasbourg__Viverge_8!_800x533!_1!_0x0!_0!_.jpg

Puis apparaissent de la fin du XIXè siècle à nos jours, les figurines en cires, angelots notamment, habillés de fines feuilles de métal doré et argenté, avec lesquelles on confectionne aussi des guirlandes ou des étoiles. On décore aussi de boules, de fuseaux, de clochettes, de noix soufflées et de glaçons artificiels en verre, de cheveux d'anges et de boules en verre soufflé, inspiration des verriers de Meisenthal.Histoire_arbre_de_Noe_el_st_Georges_Se_ulestat_Ville_de_Se_ulestat_5!_800x533!_1!_0x0!_0!_.jpg

12:48 Écrit par NATY | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.