Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2016

Quatrième ESCALE la Russie

La nuit tombait, et, sur la table,

Brillait, chuintait le samovar,

Nimbé d'une vapeur agréable,

Gardant au chaud le thé du soir.

Dans les tasses, au motif chinois,

Versé par la douche main d'Olga,

Le thé doré se répandait.

Alexandre Pouchkine (XIXè siècle)

 61HmQLxBYmL._SL1400_.jpg

La Russied'un rituel royal à un rite populaire

La Russie découvre le thé au XVIIè siécle à la suite d'un présent offert au tsar Alexis (1645-1676) par l'empereur de Chine.Le thé est alors acheminé depuis l'empire du Milieu par voie terrestre, empruntant les routes des caravanes. Les stars furent conquis par cette herbe vertueuse venue d'Extrême Orient et en 1689, Pierre e Grand (1672-1725) signe un traité avec la Chine reconnaissant aux Russes le droit de commerce, notamment d'échange de fourrures contre du thé, officialisant ainsi ces longues caravanes commerçantes reliant la Chine, via la Mongolie, à Moscou. Elles étaient constituées de quelque 300 chameaux qui sillonnaient ces vieilles pistes de plus de 15000 kilomètres. Il fallait plus d'un an et demi pour aller de Chine en Russie.

Le thé russe devient rapidement indissociable d'un accessoire central pour le rituel russe : le samovar (du russe samo soi même et var  bouillir). Adopté au XVIIè siècle, cet ustensile, inspiré des bouilloires mongoles utilisées depuis le XIIIè siècle, consiste en une chaudière en cuivre ou en laiton munie de quatre pattes, d'un robinet et d'un foyer àcharbon  de bois conduisant la chaleur. Au sommet de l'appareil là où arrive la cheminée on pose une théière  ronde contenant de l'extrait de thé très concentré. L'été, on place le samovar sur une table de jardin; l'hiver à l'intérieur un long tuyau permet d'évacuer la fumée directement dans la cheminée de la maison. De nos jours le samovar est non seulement utilisé par les Russes mais également par les Polonais, Roumains, Arméniens; Turcs, Iranien, Syriens et l'ensemble des populations d'Asie centrale.

Il existe une véritable vie autour du samovar. C'est un accessoire devenu central dans le quotidien des Russes. A la maison comme lors de fêtes populaires ou dans la rue les jours de marchés, le samovar trône fumant. Il est considéré comme un signe ostentatoire de richesse. En effet seules les couches aisées de la paysannerie ruse pouvaient se permettre l'achat de pièces en métal relativement chères, provenant des usines et des ateliers, et donc de samovars. Même dans les années 1870, alors que la production de samovars déjà vieille de plus d'un siècle était largement développée, dans les campagnes seuls les gens aisés possédaient un samovar. Il existe des modèles uniques magnifiquement travaillés qui sont de véritables pièces de collection actuellement. Comme dans les autres pays consommateurs ce fut une boisson en premier lieu réservée à une élite, qui se popularisa ensuite pour devenir dès le XIXè siècle la boisson quotidienne des Russes de la ville à la campagne, dans les milieux ouvriers et paysans. Elle entre même dans le langage courant : pourboire se dit na tchaï ce qui signifie littéralement 'pour le thé'. Le thé est consommé à la maison, dans la rue, dans des établissements à l'instar des maisons de thé chinoises, les tchaï-naya Il fait même partie du "pack transsibérien"à 24 roubles comprenant le nécessaire pour dormir et un thé. Actuellement, la Fédération de Russie est le premier marché mondial pour les importations de thé.Il existe une production de thé près de Krasnodar et sur les bords de la mer Noire à la frontière géorgienne près de Krasnodar et sur les bords de la mer Noire à la frontière géorgienne près de Sotchi et Adler, fournissant un thé d'altitude réputé. Mais cette production représente moins de 1% de la consommation nationale : en 1999, 161  milliers de tonnes étaient importés pour 1,3 millier de tonnes produit. Le thé est bu par plus de 80% de la population au quotidien ; c'est la boisson la moins onéreuse, avant même le lait. Il a été décrété produit de première nécessité dans le "panier de la ménagère" utilisé pour calculer le niveau minimal de subsistance. Le thé fait ainsi partie de la liste de produits alimentaires pour lesquels le ravitaillement des régions isolées est assuré par les autorités fédérales et gouvernementales.

De nos jours, de nombreuses familles ont conservé le samovar transmis de génération en génération, qui continue à fumer, souvent électrisé sur une table dans la salle à manger toujours prêt pour le service d'un bon thé corsé et charpenté.

Le thé est bu tout au long  de la journée pour se réchauffer; il accompagne aussi le repas principal servi en fin d'après midi. Il suffit de verser dans sa tasse ou son verre du concentré de thé contenu dans la petite théière posée sur le samovar et de le diluer avec l'eau bouillante tirée du samovar. Le thé peut  en effet être servi dans une tasse en porcelaine ou dans un verre imbriqué dans un support métallique à anse pour ne pas se brûler les doigts : c'est le podstakannik. Ce dernier est typiquement russe et il existe de nombreux supports qui ont été travaillés telles des oeuvres d'art en étain, en argent ou même en or ciselés.antik-grand-samovar-imperial-russe-antique-1058210507_ML.jpg

Mise en ambiance

Les maîtres mots sont chaleur et convivialité. C'est donc plus une consommation hivernale, agréable à partager au coin du feu entre amis plus ou moins nombreux, de 2 à 10 personnes pour un goûter ou en famille au cours d'un repas de fin de journée.
En outre le samovar accessoire central de la dégustation les couleurs rouge, noir, le doré ou le bleu si réputés des porcelaines impériale de Saint-Pétersbourg

Les thés utilisés sont des thés noirs bien corsés et charpentés comme du Yunnan, un Qimen ou un Assam. Vous pouvez aussi ajouter une pointe de thé fumé.

Les accompagnements

Une soupe telle que le traditionnel bortsch (soupe à la betterave), les pirozhki (petits beignets fourrés à la viande et aux champignons), la vatrouchka (tarte au fromage blanc et aux raisins), la paskha (gâteau  au fromage blanc avec des zestes d'agrumes et des fruits confits ou le koulitch (cake aux raisins). Ces trois derniers mets sont traditionnellement servis à la Pâque Russe.

 

*Le premier samovar en photo est mon samovar dans le salon de thé AUX DELICES DE NATY à Etretat

 

 

 

 

14:49 Écrit par NATY | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.