Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2016

Le The première escale la Chine

Nous allons parcourir en plusieurs escales l'histoire du Thé.......

 

Première Escale la Chine au fil du mélodieux "Guzheng"

La Chine aux sources du théarchitecture-1031250_960_720.jpg

Berceau des mythes et de l'histoire du thé, la Chine est aussi l'un des pays producteurs le plus riche en variétés de thé et cultivars (équivalent au cépage pour la vigne). Toutes les couleurs de thé-blanc, vert jaune, bleu vert, rouge, noir sont représentées et y sont produites depuis des millénaires. Si sa consommation remonte à plus de cinq mille ans en Chine, le thé fut érigé en véritable art par le moine taoïste Lu Yu (733-804) qui au VIII siècle sous la dignastie Tang (618-907), fixe les principes de sa productionet de sa dégustation dans son ouvrage 'le classique du thé' Lu Yu détaille ses terroirs  de prédilection ainsi que chaque étape nécessaire pour fabriquer un grand cru de thé. Ayant voué sa vie au Thé, il fut reconnu comme l'un des premiers maîtres de thé.images.jpg

Pour Lu Yu, les thés verts du tout début du printemps, récoltés avant la fête de Qing Ming qui a lieu début avril, aux bourgeons présentant des reflets vert-jaune, concentrés en arômes, sont les meilleurs. A cette époque le thé était étuvé et compressé en galettes que l'on nomme "lunes de thé". On le réduit en poudre à l'aide d'une meule puis on le prépare en décoction directement dans la bouilloire et LuYu recommande de n'y ajouter qu'une seule pincée de sel pour rehausser ses arômes.

On l'appelle "la soupe"car on mange les feuilles en poudre. Lu Yu insite sur la dualité doux-amer du thé, l'amer étant une caractéristique de la plante, alors que le doux est révélé par le travail de la feuille de thé lors de sa manufacture. Selon lui, un bon thé doit être "amer" dans la bouche et doux dans la gorge.

Il était aussi particulièreent attaché aux couleurs des bols en céramique pour révéler la couleur de thé .

Il ne faut pas oublier que Lu Yu était moine bouddhiste. Le thé, dès l'origine de sa consommation, est un breuvage lié au bouddhisme  ch'an (qui sera repris au Japon et nommé zen) Les moines s'étaient rendu compte qu'ne buvant du thé lors de la méditation, cela permettait de maintenir l'esprit en éveil et tout en apaisant le corps. Etat idéal pour entrer en méditation. Tout l'art chinois du thé se construit donc empreint de la philosophie bouddhiste dans le recueillement, l'écoute de la nature, consommation plutôt solitaire initialement.  A cette philosophie va se rajouter peu à peu le côté hédoniste et plus convivial du Tao.  Actuellement on ne consomme plus le thé sous forme de poudre. On le retrouve toutefois au Japon : c'est le thé bu lors de la cérémonie japonaise le Cha no yu.

Aujourd'hui, le thé le plus couramment consommé par tout le monde quotidiennement tout au long de la journée est du thé vert dont on fait infuser les feuilles dans un grand verre et que l'on consomme surtout pour se désaltérer. On pourrait appeler ce type de thé des "thés de soif" à l'instar de nos vins de soif. Puis il y a toute une culture autour des grands crus consommés en l'honneur d'un invité  de marque ou d'un évènement et dans certaines maisons de thé qui correspondent à nos bistrots à vin.C'est une boisson du partage aussi bien que solitaire. Sa dégustation est très hédoniste, faisant appel à tous les sens. En cela, elle est proche de notre consommation du vin sauf que sa dégustation est dissociée des repas c'est plus une boisson de "grignotage"

Le thé au verre (Gaïwan) ou en grande théière

Si l'on devait résumer la façon de boire aujourd'hui les six couleurs de thé chinois

Les thés blanc, vert, jaune, peu ou pas oxydés, aux notes aromatiques légères végétales plus ou moins douces ou amères, aux effets rafraîchissants et désaltérants. Ils se boivent toute la journée plutôt en dehors des repas comme de l'eau. Ils peuvent être une boisson de partage comme une boisson solitaire. Les thés les plus couramment consommés sont les thés verts, qui sont bus quotidiennement à chaque coin de rue, chez chacun, dans les maisons de thé l'équivalent de nos cafés. C'est la boisson nationale quotidienne que l'on déguste simplement directement au verre ou Gaïwan

Mise en ambiance

Plongez vous dans les sept bols de thé avec ces quelques petits conseils de mise ambiance. Le thé en Chine a toujours été lié au milieu des lettres et à un moment de convivialité. Il est donc propice à de nombreux accompagnements artistiques musique, chant, poésie, peinture, céramique....

Il est tout aussi agréable de déguster le thé à l'intérieur qu'à l'extérieur. Pour être en lien avec la nature, vous pouvez organiser une dégustation à l'ombre d'un arbre dans un jardin si la journée ou la soirée s'y prête.

Surtout, inspirez vous de l'âme du thé, de ce qu'il évoque par sa forme, sa couleur, son odeur. La Chine est le pays aux mille thés.gaiwan.JPG

 

 

 

 Gaïwan

 

 

 

 

Le thé d'avant-le-printemps est issu des bourgeons jaune d'or on les cueille tendres, on les étuve pour en exhaler le parfum et aussitôt on les empaquette

La suprématie d'une telle quintessence n'est pas exagérée l'empereur servi, le reste est distribué aux princes et aux ducs quelle chance qu'il en arrive dans la maison de l'homme de la montagne le portail en branchage est fermé, nul visiteur ne vient n'importuner coiffé d'un bonnet de gaze, seul je prépare et sirote le thé

Le nuage émeraude, même avec l'aide du vent, ne saurait se dissiper l'écume blanche scintille, sa lumière se concentre à la surface du bol

le premier bol humecte lèvres et gosier 

le deuxième bol chasse solitude et mélancolie

le troisième bol va fouiller mes entrailles désséchées n'y trouvant que cinq mille rouleaux d'écrits

au quatrième bol transpire une légère sueur

les contrariétés de toute ma  vie par tous les pores de ma peau se dissipent

le cinquième bol purifie chair et os

le sixième bol me fait communier avec les immortels

au septième bol, peut-être n'aurais je pas dû le boire,

aussitôt un vent frais naît sous mes aisselles

lu Tung surnommé le "Fou du Thé" (775-835)

Extrait de l'Extase du Thé, collectif traduit du chinois par Cheng Wing Fun et Hervé Collet ed Moundarren, 2002

 

ProChaine escale TAIWAN à bientôt Naty......

 

15:42 Écrit par NATY | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.