Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2010

LA GRANDE AVENTURE DU "THE"

le thé dans le monde.doc


JUSQU'EN OCCIDENT

Bien que mentionné dans certains écrits de voyageurs arabes et persans, puis par Marco Polo au 12ème  siècle, le thé ne suscita guère d'intérêt en Europe avant le 17ème siècle. Tout d'abord importé dans les grandes capitales à Londres, Paris et Amsterdam grâce à la Compagnie des Indes orientales hollandaises, le thé était fort cher et consommé uniquement dans les milieux aristocrates et bourgeois. En France, il était vendu chez les apothicaires pour ses vertus médicinales après avoir rencontré quelques réticences, puisqu'on l'accusa de provoquer la faiblesse chez l'homme et d'enlaidir les femmes!!!!

Le succès du thé prit rapidement de l'ampleur en Angleterre où les maisons de thé se multiplièrent dès le début du 18ème siècle. L'East India Company s'empara du commerce du thé, alors réservé aux Hollandais et la Chine devint le principal exportateur du thé pour l'Angleterre; lui imposant par ailleurs d'importantes restrictions. Et pour ne rien arranger aux affaires anglaises, la Chine était peu intéressée par les produits que souhaitait lui vendre la Grande-Bretagne. Celle-ci décida alors de vendre à la Chine del'opium, provenant de  sa colonie des Indes Ainsi l'argent dépensé pour acheter le thé aux Chinois était au final remboursé par la vente d'opium! La Chine tenta de réagir en interdisant l'importation de la drogue, et l'Angleterre riposta par les deux guerres de l'opium. La Chine défaite du ouvrir ses frontières et ses ports aux étrangers. L'opium quant à lui intoxiqua des millions de personnes jusqu'aux Anglais eux-mêmes qui finirent par en interdire le commerce. Parallèlement, les tentatives d'acclimatation du thé en Inde se virent enfin couronnées de succès, et la production et l'exportation indiennes de thé pouvaient désormais remplacer celle de la Chine. Au 19ème siècle le thé fut également acclimaté à Ceylan, aujourd'hui appelé Sri Lanka où il remplaça la culture du café gravement touchée par un parasite.

Les plantations de thé anglaises firent le succès de grandes compagnies qui détiennent encore aujourd'hui le monopole du commerce en Occident telles que LIpton et Twinning. (qui ne sont pas meilleurs marchés ni qualité)... Mais la culture du thé était réalisée dans des conditions effroyables, proche de l'esclavage et un taux de mortalité élevé sévissait durement parmi les travailleurs indiens et sri lankais......

 


AU JAPON

Au Japon, le thé fut apporté par des moines bouddhistes dès le 7ème siècle. Sa culture ne fut réellement développée qu'à partir du 12 ème siècle, époque à laquelle le moine Ensaï  revint de Chine avec la méthode de préparation du thé en poudre fouetté, pratiqué à la cour des Song. Des graines de théiers furent plantées à travers tout le royaume donnant ainsi naissance à de nombreux jardins de thé janponnais encore bien connus aujourd'hui? Ensaï écrivit lui aussi son propre  traité du thé,prélude à un art de vivre japonnais qui allait prendre toute son importance aux époques suivantes. A l'origine confiné au sein des monastères, où le précieux breuvage était apprécié pour maintenir l'éveil durant la méditation , le thé  se répandit à travers toutes les couches de la société. Les samourais prenaient plaisir à organiser des concours de thé où chacun tentait de briller par son érudition et sa richesse.

Le 16ème siècle marque l'âge d'or du thé au Japon, grâce à Sen No Rikyu, maître du thé au service du seigneur Hydeyoshi, contre lequel il oposa son désaccord face à sa pratique du thé , par trop ostentatoire.Hydeyoshi, renvoya Sen No Rikyu, lui demandant selon la tradition japonaise de se donner la mort pour trahison. Heureusement, Sen No Rikyu avait eu le temps de laisser derrière lui "les sept secrets de la voie du thé" qui inspira largement la "voie du thé". A travers une pratique rigoureuse et codifiée, la voie du thé est une religion de l'esthétisme qui recherche le beau, la pureté et l'harmonie dans une conception globale de l'homme et de la nature. Son enseignement donna naissance à trois écoles de thé qui existent encore aujourd'hui, l'une d'entre elles ayant à sa tête un descendant direct de Sen No Rikyu.

DE L  ASIE A L EUROPE

 

Le thé originaire de Chine, plus précisément de la région du Yunnan à la frontière du Laos et du Vietnam. Il a sans doute été consommé très tôt par les populations locales qui mâchaient les feuilles fraîches et les utilisaient bouillies à des fins médicinales.

C'est à partir de la dynastie Tang que le thé devient à la mode parmi le cercle des érudits et à la cour impériale. Des maisons de thé voient le jour, les lettrès s'y réunissent et y puisent leur inspiration. Peu à peu, la consommation du thé se répand dans toutes les  classes de la société jusqu'aux frontières de la Chine : Mongols, Tartares et Tibétains troquaient leurs chevaux, peaux de yack et autres marchandises pour s'approvisionner en thé. Le thé était  compacté sous forme de briques ou galettes pour faciliter son transport. Cette boisson permettait d'équilibrer leur régime uniquement composé de viande et de lait. C'est d'ailleurs toujours le cas aujourd'hui au Tibet et en Mongolie où le thé bouillli est complété par du beurre de yack et du sel.

Lu Yu, surnommé le 'dieu du thé' fut le premier à écrire sur la plante, dans son fameux Cha lu, ou Classique du thé qui ressemble des descriptions de la plante et des recommandations sur son mode de préparation et de consommation. Il établit également une classification du thé et inventa la 'lune de thé' sorte de galette de thé compressée.

Ensuite la consommation du thé devient de plus en plus raffinée notamment sous la dynastie des Song où la céramique se développe et donne naissance à de véritables chefs d'oeuvre. Le mode de préparation change, le thé est désormais réduit en fine poudre que l'on bat à l'aide d'un fouet dans de l'eau frémissante. Cette technique de préparation est encore utilisée aujourd'hui lors de la cérémonie Japonaises du Chanoyu.

Ce n'est qu'à partir des Ming que la préparation du thé se pratique sous forme d'infusion à partir du thé en feuilles, donnant naissance à de nouveaux accessoires comme les théières et les bouilloires. Le thé jouait alors un rôle vital dans l'économie chinoise, une taxe importante lui était d'ailleurs allouée. Cet impôt fut aboli sous la dynastie suivante des Qing, le thé étant désormais considéré comme un produit de premières nécessité comme le riz, le sel ou le bois de chauffage.

 

16:36 Écrit par NATY dans L'HISTOIRE DU THE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : thé, histoire | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.