Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2009

LES BIENFAITS DU THE

"UN CONCENTRE DE VITAMINES"

Le thé vert est précieux pour sa haute teneur en vitamines qui, en fonction de sa qualité, peut être jusqu'à six fois supérieure à celle du citron. C'est aussi pour cette raison que le thé mérite d'être priviligié par rapport aux autres boissons.

Tout le monde ne le sait peut-être pas : si vous voulez faire le plein de vitamines, il faut boire deux tasse de thé vert par jour. C'est une quantité suffisante pour satisfaire votre besoin journalier. Il contient de la vitamines C qui ne se détruit que partiellement au cours de l'ébullition . C'est un atout considérable, car cette vitamine est en mesure de renforcer le système immunitaire et elle lutte contre les radicaux libres.Elle peut prévenir le vieillissement et les principales maladies cardiovasculaires. De plus, elle agit contre les virus et les bactéries. Le thé vert contient beaucoup de vitamines du grupe B, comme la B1 ou thiamine, nécessaire au cerveau et aux nerfs pour sa capacité à stimuler le métabolisme des glucides en fournissant de l'énergie et en permettant ainsi la concentration.La vitamine B2 ou riboflavine est importante dans la scission et pour l'utilisation des glucides, des graisses et des protéines et donc pour la production d'énergie nécessaire à notre organisme. Pour couvrir le besoin journalier de cette substance, buvez cinq tasses de thé vert. La vitamine B3 est également en mesure de faciliter le métabolisme des graisses. Le besoin journalier est couvert par cinq tasses de thé vert. La vitamine B7 ou biotine permet une bonne croissance des cellules et garantit la beauté des cheveux et de la peau. L'acide folique, lui aussi contenu dans le thé vert, participe aux processus de croissance de l'organisme et à la formation du sang. La vitamine E et le bêta carotène, tout comme la vitamine C, sont en mesure de lutter contre les radicaux libres, responsables du vieillissement, ils préviennent certaines formes de cancers et l'artériosclérose. La vitamine K est fondamentale pour la coagulation du sang et la cicatrisation des plaies et elle a un rôle primaire pour le métabolisme des os et des tissus ainsi que pour le fonctionnement des reins et du foie. Dans la nature elle est présente dans les légumes à feuilles et dans le thé vert. La ration journalière recommandée est couverte par la prise de cinq tasses de thé.

Selon la tradition chinoise et, maintenant, d'après de nombreuses études scientifiques, le thé a des effets positifs sur la digestion, la pression artérielle, la glycémie et les graisses sanguines, et il renforcerait même la résistance à plusieurs formes de cancers et d'infections. Il offre aussi la source naturelle la plus riche, la plus simple, la plus économique et la plus pratique qui soit d'antioxydants – ces composés qui protègent l'organisme humain contre plusieurs maladies et le vieillissement prématuré.

Riche en antioxydants

Riche en catéchine
D'après des études récentes, le contenu en catéchine des différentes feuilles de thé varie selon le degré de fermentation. En effet, le processus de fermentation des feuilles de thé transforme la catéchine en d'autres polyphénols qui contiennent moins de catéchine. Les thés qui contiennent le plus de catéchine sont donc, en ordre décroissant, les thés blancs, les thés verts, les thés Oolong et les thés noirs, ces derniers en contenant le moins.

Certaines personnes affirment que pour retirer le maximum de bienfaits de la catéchine, il faut faire infuser le thé à l'eau bouillante pendant 5 à 10 minutes dans de l'eau bouillante, ce qui donne une boisson au goût amer. On peut plutôt choisir de diminuer le temps d’infusion et la température de l’eau de façon à obtenir à la fois un contenu intéressant en catéchine et une boisson savoureuse. Ainsi, pour profiter des bienfaits de la catéchine, on aura ensuite qu’à boire plusieurs tasses de thé savoureux au lieu d'une seule tasse médicinale au goût amer.
Les feuilles de thé contiennent des centaines d'éléments, plusieurs protéines et glucides, et plus de 500 substances qui contribuent à ses arômes et saveurs. Parmi les éléments qui se trouvent dans notre tasse de thé, on retrouve les polyphénols, et en particulier, la catéchine. Ces composés seraient à l'origine des effets bénéfiques du thé sur la santé et fourniraient la meilleure source naturelle d'antioxydants qui soit.

Nos recherches
Pas besoin de perdre le plaisir de consommer un bon thé pour avoir sa dose d'antioxydants !

Les thés verts Sencha du Japon de TEO ont été analysés par Covance, un laboratoire américain accrédité par le Specialty Tea Institute (Institut des thés spécialisés), afin de vérifier l’hypothèse énoncée ci-dessus. Le contenu en flavonoïdes (ou catéchine) a été analysé en fonction de six combinaisons différentes de températures d'eau et de temps d'infusion. Les résultats  démontrent que ces thés ont un contenu en catéchine variant entre 5 et 10 % par tasse de thé, soit de 50 à 100 mg par gramme de thé. On peut donc boire un thé savoureux (infusé selon nos recommandations) et quand même absorber une très bonne quantité de catéchine. De plus, nos recherches ont démontré qu'il suffisait de mettre plus de grammes de thé par tasse et de l'infuser selon nos recommandations pour obtenir un taux de catéchine aussi important que les boissons médicinales amères proposées par d’autres.

Contenu en caféine
La concentration en caféine des thés varie d’un thé à l’autre. Cela est important puisque pour une personne donnée, le choix d'un thé pourra dépendre en bonne partie de sa tolérance à la caféine. Mais dissipons d'abord quatre mythes entourant le thé :

  1. La théine est différente de la caféine.

    C'est faux. En fait, il s'agit du même composé chimique.
  2. Parce que le thé contient plus de caféine que le café au poids, une tasse de thé contient donc plus de caféine qu’une tasse de café.

    C'est également faux. Il faut beaucoup plus de grammes de café que de thé pour faire une tasse de cette boisson. Même si la teneur en caféine du thé varie selon les divers types de thés, il reste que le thé contient toujours moins de caféine que le café.
  3. Plus le thé est infusé longtemps, plus il contient de caféine.

    C'est encore faux. La caféine est presque entièrement libérée pendant la première minute d'infusion.
  4. La caféine produit toujours le même effet.

    C'est toujours faux. Si la plupart des buveurs de boissons chaudes recherchent l'effet stimulant de la caféine, certains d’entre eux la tolèrent mal ou ne la tolèrent pas du tout. Cette intolérance est souvent due à l'absorption rapide de la caféine dans le corps, qui entraîne une accélération de la circulation sanguine et de l'activité cardiovasculaire. Or, l’un des grands avantages du thé est justement de pouvoir offrir toutes les possibilités de consommer de la caféine sans subir les inconvénients qu’entraîne la consommation de café. En effet, les polyphénols du thé ralentissent le processus d'assimilation de la caféine. L'effet de la caféine se ressent plus tardivement, mais pendant plus longtemps. Ceci est particulièrement vrai pour les thés blancs, verts et Oolong, et les thés noirs de Chine. Cela dit, comme les thés noirs de l'Inde, de l'Afrique ou de l'Amérique du Sud ont de fortes concentrations de théine et moins de polyphénols, le processus d'absorption de la caféine lors de la consommation de ces thés s'apparente davantage à celui de la consommation d'un café.

Ainsi, les personnes qui tolèrent mal la caféine peuvent souvent consommer du thé sans être affectés par la caféine qu’il contient.

Autres informations

Dès son apparition en Asie, le thé fut considéré comme un aliment bienfaisant pour l'organisme. Les références les plus anciennes sur le thé dont dispose l'historien mettent en avant ses propriétés médicinales : le thé était utilisé à l'origine sous forme de pâte, en cataplasme pour combattre les rhumatismes. A leur manière, les légendes sur le thé, qu'elles soient chinoises, indiennes ou japonaises, illustrent toutes les propriétés stimulantes et tonifiantes du thé. L'Empereur Shen Nong, père de la médecine et de l'agriculture chinoises, affirmait dans son Traité des Plantes que « le thé soulage la fatigue, fortifie la volonté, délecte l'âme et ranime la vue. » Au XXe siècle, la science médicale nous permet de comprendre scientifiquement de nombreux bienfaits perçus empiriquement par les buveurs de thé depuis plus de deux mille ans.

Les alcaloïdes

Il existe trois alcaloïdes dans le thé : la caféine, la théophylline et la théobromine. Il s'agit de substances organiques que l'on retrouve dans tous les types de thés, quelle qu'en soit la couleur.

La caféine
C'est l'alcaloïde principal du thé, il représente 2% à 3% de la feuille sèche. Il faut savoir que caféine et théine sont une seule et même molécule, celle-ci étant simplement présente en plus grande proportion dans le café.

La teneur en caféine d'un thé dépend à la fois de la feuille utilisée - le bourgeon et la première feuille en contiennent deux fois plus que le Souchong - et de la saison de la récolte, les variations climatiques affectant la maturité de la feuille.

Certains thés sont donc riches en caféine : thés primeurs, cueillettes abondantes en bourgeons ; d'autres en sont quasiment dépourvus : thés fumés, Wu Long.

La caféine est un puissant stimulant du système nerveux. Contrairement à celle du café, la caféine du thé se diffuse lentement dans l'organisme. Elle permet, à ce titre, de rester éveillé et concentré sans être excité. Elle fait du thé une boisson idéale de l'activité aussi bien intellectuelle que physique.

Si cette action stimulante peut provoquer chez les personnes sensibles une légère tendance à l'insomnie, il est, en revanche, très facile de « déthéiner » soi-même son thé sans en altérer la saveur : la caféine du thé étant un composant qui se libère dans les premières secondes de l'infusion, il suffit de rincer les feuilles avec une première eau frémissante que l'on jette au bout d'une dizaine de secondes.

La théophylline
Elle est présente en quantité beaucoup moins importante que la caféine. Son action est essentiellement vasodilatatrice, c'est-à-dire qu'elle dilate veines et artères coronaires, dont elle améliore le débit. Ceci explique en partie pourquoi le thé, qu'il soit brûlant ou glacé, est une boisson rafraîchissante : la vasodilatation est un des phénomènes qui contribuent à la thermorégulation de la température du corps. La théophylline est également un stimulant respiratoire, utilisé dans certains médicaments contre l'asthme. Mais le thé, en aucun cas, ne peut être considéré comme un remède à ce type de maladie.

La théobromine
En quantité moindre que les précédents, cet alcaloïde a une action puissamment diurétique. En activant la circulation rénale, il favorise l'élimination par les voies urinaires.

ENCORE D AUTRES INFORMATIONS

 

Utilisé depuis des millénaires, le thé est l’une des boissons les plus consommées dans le monde. De nombreux scientifiques se sont penchés sur les vertus santé de cette plante et sa réputation ne semble pas usurpée : bon pour le cœur, le cerveau… il permettrait de lutter contre de nombreuses maladies. Noir ou vert, tour d’horizon des bienfaits d’une petite tasse…

On parle le thé de nombreuses vertus pour la santé. Et les dernières études semblent bien confirmer ces dires.

Un aliment médicament ?

Pourquoi les scientifiques se sont-ils penchés sur les vertus du thé ? Tout simplement parce qu’il constitue un véritable cocktail de composés extrêmement intéressants. Cette plante est riche en substances bien connues pour leurs propriétés protectrices : les polyphénols. Ceux-ci ont une action antioxydante : ils permettent de lutter contre la formation en excès de radicaux libres dans l’organisme, substances favorisant le vieillissement prématuré des cellules et l’apparition de maladies. Et le thé contient des antioxydants très puissants : catéchines (surtout dans le thé vert), théaflavines (surtout dans le thé noir), flavonols… Ils seraient même plus efficaces que les vitamines C et E !

Une arme anti-cancer !

Les scientifiques du monde entier se sont bien sûr demandés si ce pouvoir antioxydant du thé permettait de protéger contre l’une des maladies les plus importantes : le cancer. Et les résultats penchent en faveur de cette boisson. Ainsi plusieurs travaux ont souligné les effets anti-tumoraux des polyphénols du thé, aussi bien in vitro que chez l’animal. Chez l’homme, plusieurs études ont montré un effet protecteur contre le cancer (plus souvent liée au thé noir apparemment). Ainsi, cette plante diminuerait le risque de cancer du sein chez les femmes. Mais les hommes ne sont pas en reste : le thé pourrait protéger contre le cancer de la prostate. Certains travaux soulignent également que la consommation de thé procure une petite défense contre les rayons UV, aidant ainsi la peau à lutter contre les méfaits du soleil. Mais il faut reconnaître qu’en matière de prévention du cancer, le thé reste controversé : plusieurs études 5,6 n’ont pas obtenu de résultats positifs, certaines montrant même une augmentation du risque liée à la consommation !

Bon pour le cœur

Dans la prévention des maladies cardiovasculaires, le thé a fait ses preuves. Ainsi, il permet de limiter la formation de plaques d’athérome, responsables de l’obstruction des artères. Le mécanisme serait lié aux antioxydants de cette plante qui empêcheraient l’oxydation du mauvais cholestérol diminuant ainsi la formation des plaques dangereuses. Mais les polyphénols du thé auraient aussi un effet antithrombotique (contre la formation de caillots qui peuvent obstruer une artère). De manière générale, la consommation de trois tasses de thé par jour réduirait de 11 % les accidents cardiaques. Mais attention à ne pas dépasser la dose : en excès le thé pourrait diminuer l’absorption du fer au niveau intestinal : gare à l’anémie, surtout chez les femmes enceintes !

Restez Zen !

Mais le thé n’est pas uniquement bon pour le corps : il l’est également pour la tête ! Certes, il contient de la théine, plus connue sous le nom de caféine, mais deux fois moins qu’un petit noir. Bien sûr, cela dépend de la durée de l’infusion. Selon le centre d’information scientifique sur le thé, une infusion de 3 minutes extrait de la plante 50 % de la caféine, contre 80 % pour une infusion de 5 minutes. La consommation modérée de cette substance augmente donc la vigilance, notamment lorsque l’on est fatigué. De plus, le fait de consommer une boisson chaude comme le thé permettrait de lutter contre le stress. Cela permet notamment de lutter contre la constriction des vaisseaux sanguins des extrémités, diminuant par exemple les problèmes de mains moites en cas d’anxiété !

20:24 Écrit par NATY dans LA SANTE PAR LE THE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : santé, le the | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

LES VERTUS DU THE VERT

DEPUIS DES SIECLES LES CHINOIS ONT DEVELOPPE UN MEDICAMENT PREVENTIF QUI AU LIEU DE SOIGNER EMPECHE LA CONTRACTION DE MALADIES.POUR LES CHINOIS LA SANTE DU CORPS DEPEND DE LA SEVE DES PLANTES.

Quatre mille ans avant la naissance du Christ, le père de la médecine chinoise, Shen Nongshi soutenant ce que Paracelse aurait affirmé quatre millénaires plus tard :"La santé du corps dépend de la sève des plantes".

Nongshi avait l'habitude de vagabonder à la recherche de plantes thérapeutiques. Le Shen non ben cao, le premier livre de médecine chinoise, témoigne de la richesse de cette cueillette réalisée au fil des ans. Nous sommes aujourd'hui en mesure, grâce aux découvertes scientifiques, de mieux connaitre les propiétés de certaines herbes, comme les feuilles de thé vert, utilisées depuis des siècles en Orient pur leurs effets bénéfiques sur l'organisme. Ainsi, on comprend mieux pourquoi cette boisson aimée en Chine a trouvé de nombreux adeptes également en Occident. Pendant des siècles le thé vert  était le seul type de thé bu en Europe. C'est seulement au début du XXe siècle que le thé noir a été introduit. Dans les pays orientaux, le thé vert est encore la boisson préférée. Il exerce, selon de récentes recherches, des effets bénéfiques sur notre organisme, comme par exemple la prévention de diverses maladies. La différence entre les deux types de thés réside dans la fabrication, car on les obtient tous les deux de la même plante. Pour produire du thé noir, on fait fermenter les feuilles, c'est-à-dire qu'on les soumet à oxydation, on les laisse exposer et flétrir au soleil. Ensuite, on les fait chauffer lorsqu'on veut bloquer la fermentation. En revanche, pour le thé vert, ce processus est tout de suite interrompu après la cueillette grâce a feu ou à la vapeur. La première méthode est utilisée en Chine, la seconde au Japon. En fermentant, le thé prend une couleur foncée et ce goût carctéristique que de nombreuses personnes associent à la boisson, au point de les rendre incapables d'apprécier l'arôme du thé vert plus précieux La fermentation porte à la destruction de substances importantes comme les vitamines, les tanins, les minéraux et les oligoélements, qui en revanche sont intacts dans le thé vert.

Ce dernier contient beaucoup plus de fluor que le thé noir et ses bienfaits sur l'émail de dents et sur la prévention des caries sont beaucoup plus élevés. De plus, le thé vert contient  moins de caféine que le thé noir qui lèse donc plus la paroi gastrique. Parmi les composants principaux du thé vert, on trouve  les tanins, en particulier le groupe des catéchines, qui représentent 50% des substances préentes. Parmi celles-ci la plus importante est l'épigallocatéchine. D'après certaines recherches, elle serait en mesure de prévenir les maladies cardiovasculaires et certains types de cancer. Les saponines sont une autre substance précieuse. Certaines études ont mis en relation la prise d'aliments contenant des saponines avec des niveaux bas de cholestérol, la réduction des tumeurs de la partie gastro-intestinale et le renforcement du système immunitaire.

Fin

20:23 Écrit par NATY dans LES VERTUS DU THE VERT | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/07/2009

« JE NE PUIS DEMEURER LOIN DE TOI PLUS LONGTEMPS...

hugo et fille.jpg

Un article dans le Point : (Jacques Pierre Amette) Publié le 25/02/2010 N°1954 Le Point

 

Quand Hugo se brise

L'oeuvre de l'écrivain s'éclaire d'un portrait de Léopoldine, sa fille chérie, morte noyée.

9782246761419 livre leopoldine Hugo.gif

 

 

Le samedi 9 septembre 1843, Victor Hugo revient d'un voyage en Espagne avec sa Juliette Drouet. Il doit attendre une diligence à Rochefort et s'installe avec sa maîtresse dans la salle déserte du Café de l'Europe. Sur une table sont éparpillés quelques journaux. Il en prend un au hasard, Le Siècle. A la rubrique « nouvelles diverses », son regard est attiré par une information vieille de quatre jours et reprise duJournal du Havre. L'écrivain s'exclame alors : « Voilà qui est horrible ! » Il vient d'apprendre que sa fille Léopoldine, sa préférée, s'est noyée. L'article informe qu'un canot a chaviré sur la Seine entre Villequier et Caudebec-en-Caux par le travers d'un banc de sable appelé le dos-d'âne.

On a tous appris ces vers des « Contemplations » : « Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne / je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends », écrits environ un an après le drame. Notre collaboratrice Florence Colombani s'est attachée à dresser le portrait de Léopoldine, celle que son père appelait « Didine ». Dès l'âge de 14 ans, elle lit les oeuvres de son père devant Vigny, Balzac, Gautier, Lamartine. Des rêves prémonitoires sinistres envahissent Hugo, comme si « la chère tête sacrée » de Léopoldine était déjà dans le curieux rayonnement de la mort. Florence Colombani porte une grande attention aux traces du deuil et à la courbe de l'oeuvre hugolienne rédigée après le drame de 1843. Notamment dans « Les misérables », roman fondé sur le chagrin. Apparaît un Hugo au bord de l'infini, qui tourne et suit un étrange chemin de ronde de remords et de questions profondes sur l'au-delà. La mort de Léopoldine nous vaut des proses ou des vers cendreux qui interrogent Dieu. Visiblement très à l'aise dans cette période romantique, Florence Colombani a rédigé ces pages avec une sobriété analytique qui n'exclut pas un visible cheminement souterrain personnel pour deviner ce qui lie un père et sa fille.

« Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps... Léopoldine Hugo et son père », de Florence Colombani (Grasset, 230 p., 16,50 €).
autres LIVRES DE Florence COLOMBANI

Elia Kazan UNE AMERIQUE DU CHAOS.gif

proust visconti.gif

tombes_famille.jpgLEOPOLDINE HUGO ENTERREE A VILLEQUIER

17:31 Écrit par NATY dans LIVRE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

MUSEE VICTOR HUGO

VISITE DU MUSEE VICTOR HUGO

MUSÉE VICTOR HUGO

Un lieu chargé de souvenirs, dédié au couple Léopoldine Hugo et Charles Vacquerie et à l'amitié entre Victor Hugo et Auguste Vacquerie. 
Si l'œuvre littéraire et politique de Victor Hugo (1802-1885) occupe une place majeure au sein de la présentation, la Maison Vacquerie rend aussi hommage à l'amitié qui unissait les familles Vacquerie et Hugo.

Aperçu de la visite

La visite présente au fil des pièces de la maison des expositions à thème autour de la figure centrale de Victor Hugo. La salle du billard lui est entièrement consacrée (elle accueille aussi parfois des expositions temporaires, se renseigner auprès du musée). Le salon est dédié à Auguste Vacquerie et témoigne de sa carrière politique et littéraire. Le petit salon raconte l'exil d'Hugo dans les îles anglo-normandes (1852-1870), la création à Jersey d'un atelier photographique par Charles Hugo et Auguste Vacquerie. 

La chambre rose et le hall expriment le regard de Victor Hugo sur l'enfance à travers ses personnages dessinés pour ses enfants et petits-enfants (dont Fanfan Troussard et Pista), et des œuvres littéraires destinées aux parents. La chambre rouge de style rococo évoque la personnalité d'Adèle Foucher (1805-1868), épouse de Victor Hugo. Le bow-window est consacré à Juliette Drouet (1806-1883), l'amante qui partagea durant cinquante ans la vie de Victor Hugo. La chambre claire et la chambre bleue présentent le couple Léopoldine Hugo et Charles Vacquerie. Leur noyade tragique y est relatée par des lettres et des journaux de l'époque. 

Ponctuellement, le cabinet d'arts graphiques offre la possibilité de voir des œuvres originales fragiles (dessins, manuscrits, correspondance) dans des conditions adaptées à leur conservation (pour l'accès au cabinet d'arts graphiques, se renseigner auprès du musée).


A savoir

Adresse, horaires

Musée Victor Hugo 
Maison Vacquerie
Quai Victor Hugo 
76490 Villequier
Tél. : 02 35 56 78 31

ACCES :
bus CNA (0 825 076 027), direction Canteleu/Duclair depuis Rouen, ou par A13, sortie Bourg-Achard puis direction Caudebec en Caux.

OUVERTURE : 
tous les jours sauf mardi, dimanche matin, et certains jours fériés.
Horaires : 10h30-12h30 / 14h-17h30 (18h00 du 1er avril au 30 septembre)

TARIFS : 
3€ ou 1,50€ (seniors de plus de 65 ans, groupes de plus de 15 personnes, familles nombreuses). Gratuité pour les enfants (jusqu'à 18 ans), scolaires, étudiants, GIC-GIG, chômeurs et bénéficiaires du RMI (sur présentation de justificatifs). 
Pour les groupes, renseignements et réservations au 02 35 15 69 11
APRES UNE BALADE AU MUSEE UNE PETITE PAUSE DOUCEUR CHEZ NATY  'UN THE CAFE OU CHOCOLAT AVEC UNE ASSIETTE GOURMANDE!!!!!!'

15:10 Écrit par NATY dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : horaire d ouverture | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/07/2009

UNE NOUVELLE ANNEE DANS LA CAMPAGNE YUNNANAISE.....(site www.puerh.fr)

(site www.puerh.fr)Extrait du site écrit par Olivier Schneider le lien est sur le côté de mon blog Naty  

Nous venons de passer en Chine dans l'année du Lapin. Comme vous le savez certainement le calendrier chinois n'est pas basé sur le cycle solaire, comme l'est le calendrier grégorien, mais sur le cycle de la Lune. Et c'est donc chaque année, entre le 21 janvier et le 20 février du calendrier grégorien, soit le premier jour du printemps dans le calendrier lunaire, que nous débutons en Chine la nouvelle année. Mais bien plus qu'un simple formalité, ou qu'une nuit de festivités symboliques telle que nous la pratiquons généralement en occident le 31 décembre, le "passage de l'année" aussi appelé Nongli Xinnian (农历新年) est pour une grande majorité de Chinois l'événement le plus important et attendu de l'année et qui d'une certaine manière condense en une semaine ce que nous connaissons en occident à travers les fêtes familiales de Noel, de nouvel an, et les grandes vacances estivales... 

Bien qu'il y ait une racine commune et un certain nombre de similitudes dans les festivités de la nouvelle année, on note de très grandes différences entre les pratiques, rites, coutumes et habitudes, selon les régions chinoises et les ethnies qui y vivent. Plus que cela encore, le nouvel ans se déroule souvent de manière sensiblement différente d'un village à l'autre, et même au sein du Yunnan j'ai passé des nouvel ans radicalement différents selon les villages où je me trouvais pour le jour de l'an.

En vous souhaitant donc la meilleure année qu'il soit, je vous propose de partager ces moments magiques et de vous emmener pour un petit aperçu du nouvel an tel que l'on peut le vivre dans certaines campagnes du Yunnan.

Tout un pays en congé pour une semaine de festivités...

Le nouvel an c'est tout d'abord la seule période de vacance annuelle, généralement entre 5 et 15 jours, pour la grande majorité des Chinois, et c'est donc un moment fortement attendu de tous. Mais c'est aussi souvent, surtout compte tenu de l'étendue de la Chine, le seul moment ou les familles se retrouvent. Au vu de l'immensité de ce pays, et du nombre d'habitants qu'il comporte (plus d'un Milliard trois cents mille) je vous laisse imaginer la complexité et le relatif chaos que représente chaque année, ne serait-ce que l'immense flux humain concentré sur ces quelques jours (regarder durant les congés estivaux la paralysie annuelle des réseaux auto-routiers Français, pays d'une cinquantaine de millions d'habitants seulement, en prenant en compte que ces congés sont généralement étalés sur 2 mois, donne un vague aperçu du problème une fois mis à l'échelle chinoise). Toute l'infrastructure du pays est donc chaque année adaptée pour contenir ce gigantesque mouvement d'ensemble, les trains et avions sont réservés des mois à l'avance et l'achat des billets nécessite souvent des heures de queue, en particulier dans les grandes villes, les réseaux postiers sont totalement débordés, de nombreuses entreprises sont saturées et ne sont plus en mesure de proposer leurs services... posant ainsi annuellement et àMais c'est aussi, dès la veille du nouvel an, la fermeture pour au moins une semaine, d'une grande majorité (la totalité dans certaines régions ou villes) des commerces, magasins, industries, restaurants, etc... On observe ainsi, notamment dans le Yunnan une sorte d'inversion particulièrement intéressante entre villes et campagnes. Tandis que dans les campagnes cette semaine de nouvel an résonne d'une vie et d'une activité hors du commun, les villes telles que Kunming prennent l'apparence de villes fantômes. Les rues désertées ne sont plus qu'une succession de rideaux de fer clos et il est illusoire pendant une grosse semaine d'espérer trouver une épicerie où faire ses courses, un restaurant où manger ou un salon de massage ouvert.

 

064l_001.jpg
Et plus que de simples vacances, qui viendraient en quelque sorte envelopper le réveillon, c'est ici tout le nouvel an qui s'étale sur une semaine, dont chaque jour est festivité.

Nettoyer le passé et soigner le futur...

Le nouvel an chinois est un passage. On ne fête pas simplement l'arrivée de la nouvelle année, on passe de la précédente à la suivante et bon nombre des pratiques et coutumes de ce nouvel ans sont précisément là pour permettre que ce passage se fasse dans les meilleures conditions. On commence donc pour cela et avant le premier jour du printemps, par effacer les mauvaises influences de l'année qui vient de s'écouler, on nettoie sa maison de fond en comble, on finit de la construire si elle est en construction, on essaye de régler les choses qui auraient du être réglées dans l'année, on rembourse ses dettes, etc. On prépare ensuite la nouvelle année pour qu'elle soit un nouveau départ et se déroule pour le mieux. Dans de nombreux villages le nouvel an est traditionnellement le moment d'acheter de nouveaux habits et les marché sont

pour cela pleins.

(Article sur le site de Pu erh.fr sur le côté de mon blog)

 

064l_010.jpg

On voit encore ainsi dans certains villages les enfants courir à travers les rues le jour de l'an pour montrer leur nouveaux habits. On allume aussi le jour de l'an dans certains villages, de grands bâtons d'encens, de taille humaine, à droite et à gauche de la porte de la demeure. De même c'est l'occasion de redécorer sa maison, en particulier avec des inscriptions de bon augure pour cette année, que l'on accroche sur les portant et les battants de la porte d'entrée pour le nouvel an après avoir pris soin d'enlever celles de l'an passé, et qui y resteront ensuite toute l'année. Outre ces messages on en profite aussi souvent pour revoir la décoration de sa maison, selon le style et la mode de la région, et là aussi les marché de campagne s'emplissent les jours précédents le réveillon de tableaux, broderies et posters, qui aideront à entrer dans l'année sous un jour nouveau.

Argent, nourriture et pétarades au coeur de la fête...

La nourriture et l'argent sont depuis des temps très anciens deux piliers omniprésents dans la culture et le quotidien chinois. C'est d'autant plus présent durant le nouvel an où tout est fait pour que l'année qui vient apporte prospérité et fortune. Tout doit être gros, imposant, cher ou tout du moins sembler cher et de nombreux produits comme le thé sont proposés dans de très grosses boites richement décorées. La phrase la plus courante que l'on emploie pour souhaiter la nouvelle année est ainsi Gongxi facai (恭喜发财) qui signifie quelque chose comme "félicitations et faites fortune"... à laquelle les enfants rajoutent parfois en rime Hongbao Nalai: "Par ici les hong bao".

Le nouvel an est en effet le moment on l'on offre les Hong bao, ces enveloppes rouges dans lesquelles on glisse quelques billets. Traditionnellement on offre des Hong bao aux enfants, ses propres enfants lorsqu'il sont jeunes ou les enfants des familles que l'on va visiter durant le nouvel an. Ce sont dans ce cas généralement des enveloppes symboliques contenant de petits sommes. Mais, une fois les enfants devenus adultes, et leurs parents vieillissant, il est d'usage de donner des Hong bau plus conséquents à ses parents. En Chine, où la notion de famille est bien plus importante qu'elle ne l'est en général en occident, et où il n'y a pas de système de véritable retraite, c'est traditionnellement les enfants qui entretiennent ou aident leurs parents lorsque ceux-ci ne peuvent plus travailler, rendant d'une certaine façon le soutient qu'ils ont reçu dans leur jeunesse. Afin que l'année ne soit que renouveau, il est d'usage dans de nombreuses régions, de n'offrir dans les Hong bao que des billets neufs, et les distributeurs de banque ne proposent en général durant cette période que des billets flambant neufs.


1.Décoration de nouvel an, l'argent à l'honeur
2.Billets de 100 RMB flambant neufs tels qu'il sortent des distributeurs en cette prériode
3-4.Marché de Meng tuo (Lincang) avant le nouvel an
5-6. La poule, achat vedette et inévitable sur les marchés

La nourriture est bien sûr très présente, et au coeur de l'événement. Plusieurs jours avant le réveillon les marchés de campagne sont bondés et croulent de victuailles en tous genres: poules, coqs, poissons, cochons, et légumes à foison. Il est courant pour une famille, même modeste, d'acheter poule(s), coq et poissons, ainsi que du porc et parfois du boeuf en abondance. On cuisine ensuite pendant une grosse journée, parfois deux, préparant ainsi des dizaines de mets en quantité astronomique, assez pour nourrir un régiment pendant toute la semaine du nouvel an... Encore une fois tout doit être en abondance, et à chaque repas de la semaine devra être présent tous types de viande, poissons et légumes, préparés avec le plus grand soin, finesse et raffinement et en quantité suffisante de manière à ce que les plats ne puissent pas être vidés par les convives. Outre le raffinement gustatif, la composition des plats et aussi largement symbolique. Ainsi par exemple le poisson, aussi très présent dans les décorations de nouvel an, doit être présent à chaque repas, la prononciation de poisson (魚, yu) étant la même que celle du mot surplus (馀, yu), ce qui porte bon présage pour que l'année à venir soit baignée dans le surplus.


1-3.Cuisine en campagne la veille du nouvel an
4.Abondance et diversité, table en fin de déjeuné le jour de l'an

 

Le dîner du réveillon se passe généralement exclusivement en famille restreinte, avec les habitants du foyer. Les invités ne sont souvent pas tolérés, et même les membres de la famille vivant dans deux foyer séparés du même village ne passent pas ce temps ensemble. Il en est généralement de même le jour suivant, voir les deux jours suivants selon les villages. Passée cette première phase, famille et amis commencent à se visiter, et durant plusieurs jours, parfois une semaine, s'inviter dans les maisons des uns et des autres lors de déjeuners et dîners où la nourriture et d'alcool fort abondent et qui peuvent durer des heures...


Galettes de riz gluant préparés traditionnellement à Wan Yao (Lincang) pour la nouvelle année

 

La Chine n'ayant pas inventé les feux d'artifice pour rien, le tout est baigné de pétarades, presque continuelles, et le ciel des nuits de gerbes colorées. Traditionnellement on allume des feux d'artifice la nuit de la nouvelle année, et un grand ruban de pétards, que l'on pend devant la porte, le jour de l'an. Mais on ne se contente pas de cela et feux d'artifice et pétards, qui sont vendus absolument partout, explosent gaiement dans tous les coins pendant tout le nouvel an, enfumant les rues et créant un ronronnement incessant. Faits à la main, ces feux d'artifice et pétards sont d'une variété mais surtout d'une puissance sans commune mesure avec ce qui est en vente libre en occident, hors du réseau des professionnels de la pyrotechnie.


1.Ruban de pétards traditionnellement que l'on allume traditionnellement devant sa porte pour le nouvel an
2.Rue après l'explosion des précédents pétards
3.Stand de feu d'artifices dans un marché de Jiang chuan 
4.Mini feu d'artifices
5.Charge de feu d'artifice de la taille d'un poing

C'est d'autant plus remarquable dans la campagne avoisinant Jiang chuan où la totalité des feux d'artifice et pétards du Yunnan sont fabriqués, et on on trouve des explosifs capables d'enfumer en quelques instants une rue complète, ou des feux d'artifice de la taille d'un poing, dont les gerbes atteignent des hauteurs et des dimensions incroyables. Comme pour tout ce qui accompagne le nouvel an, on achète au plus gros, et beaucoup dépensent des fortunes pour ces quelques moments magiques, qui accompagnent le passage.

Bienvenue dans l'année du Lapin!

L'Astrologie chinoise est quelque chose de très complexe, à quelle de nombreuses croyances et cultures se sont mêlées depuis des siècles qui se basent autant sur l'astronomie, sur la religion ou les croyances populaires. Parmi les différents systèmes qui s'y entremettent 12 signes représentants des animaux réels ou imaginaires ont été introduits durant le XX siècle, probablement issus de l'astrologie Persanne et arrivée en Chine via le Tibet ou l'Inde, chacun de ces signes venant successivement marquer une année donnée. C'est ainsi que nous venons, pour un an, de rentrer dans l'année du Lapin (tu 兔), bien que pour être précis le passage dans le signe du lapin ne se fasse pas le premier jour du printemps mais au jour dit Lichun (立春), qui prend place le 4 ou 5 février. Par ailleurs ,il est bien de rappeler que ,dans certains pays d'Asie, notamment le Viet Nam, cette année n'est pas celle du lapin mais du chat, quatre des 12 signes variant en effet selon les pays...

Le passage d'un signe à l'autre marque dans la croyance Chinoise tous les évènements de l'année, à commencer par le caractère de ceux qui naîtront durant cette année, mais aussi l'ensemble des évènements qui arriveront au cours de l'année. On dit ainsi que l'année du lapin (qui par ailleurs est une année Yin) sera tranquille, tout du moins en apparence, et permettra de prendre des forces avant l'année du dragon, nettement moins paisible. C'est donc l'année du repos et de la tranquillité, qui par ailleurs sera ,selon la culture chinoise, profitable aux diplomates, aux hommes de loi et à la justice.

Les enfants qui naîtront durant l'année du lapin seront tranquilles et heureux. On dit du lapin qu'il est doué, ambitieux, agréable, discret, réservé , raffiné et prudent. Quelqu'un de malin et verbeux, qui aime son entourage et est apprécié de ce dernier. Diplomate ,le lapin sait garder son calme et son sang-froid en toute situation. Le lapin est réputé un bon homme d'affaire, particulièrement habile à saisir les bonnes occasions et en tirer profit. Cependant, on attribue au lapin un caractère superficiel, léger, et conservateur. Ne pouvant être heureux que dans le confort et la stabilité il craint le changement, évitera consciencieusement tout risque de bouleversement.

Une nouvelle année pour puerh.fr

Pour puerh.fr, cette année, longuement attendue sera celle de l'épanouissement après près de 5 années de travail, marquera d'une certaine manière l'aboutissement de mes recherches durant ces années, mais plus qu'un aboutissement sera aussi l'année du renouveau et de l'éclosion de nouveaux horizons. 

Cette année verra ainsi tout d'abord le jour le site www.puerh.fr, sous sa forme véritable. Fruit d'années de travail acharné il reprendra et interconnectera l'ensemble des articles sur le thé que j'ai écrit ces dernières années, dans de nouvelles versions, remaniées, partiellement re-rédigées et largement enrichies de divers contenus.

Mais c'est aussi, notamment grâce à de nouveaux partenariats et de nouveaux moyens, l'année du renouveau dans notre travail de recherche, avec la mise en place dans le Yunnan et à Hong Kong de différents programmes de recherches autour du puerh et de la culture du thé, que vous découvrirez à travers les nouveaux articles de 2011, notamment des recherches sur le vieillissement du puerh et un vaste projet de recherche sur la cartographie du Yunnan et des terroirs du puerh. Renouveau aussi dans ma propre situation, puisque j'ai profité du passage de l'année pour déménager et déménager mon bureau, au beau milieu d'un petit village agricole des montagnes de Lincang, au coeur même des montagnes à thé du Yunnan (qu'elles appartiennent à Lincang, au Xhishangbanna ou à Pu'Er), contexte idéal, duquel je poursuivrai plus profondément encore mes recherches et rédigerai les articles qui ponctueront cette nouvelle année.


Wan yao cun, petit village de Lincang d'où j'écris ces quelques mots

Plus encore cette année, et après les différentes partenariats que nous avons eu les dernières années avec des structures locales, notamment afin de vous proposer les thés que nous avons découvert, verra l'avènement d'une nouvelle structure partenaire, possédant une présence permanente au coeur des montagnes à thé (pour les jeunes thés de terroirs), mais aussi à Hong Kong et Taiwan (pour les thés âgées) dans laquelle nous sommes cette fois fortement investis. Outre de permettre le financement de nos nouveaux projets de recherche, cette nouvelle structure vous permettra plus simplement encore et de manière plus efficace d'accéder aux thés que nous aurons sélectionnés pour vous, avec une totale garantie de la qualité, de l'authenticité, de la provenance précise et des conditions de stockage de ces thés, qu'il s'agisse de jeunes thés ou de thés anciens. Outre de permette, avec éthique et respect, l'approvisionnement en puerh de qualité, il s'agira aussi pour les professionnels qui depuis longtemps suivent nos recherches, de pouvoir proposer nos services de conseil et d'expertise concernant le puerh et les thés du Yunnan.

Je tiens à en profiter pour remercier personnellement tous ceux qui m'ont soutenu et m'ont apporté leur aide durant ces années, et grâce à qui l'année du Lapin se dessine pour puerh.fr comme celle de l'éclosion et de l'épanouissement, et dont j'espère que vous apprécierez les fruits! N'hésitez d'ailleurs pas à vous joindre à nous si vous pensez pouvoir nous apporter une aide quelconque, le printemps s'approche mais la route reste longue...

En vous souhaitant encore une merveilleuse année du Lapin qui je n'en doute pas sera pour nous tous l'année de toutes les réussites!

(extrait de l'article d'Olivier sur le site puerh.fr)

Bonne lecture

Naty

 

 

17:20 Écrit par NATY dans Blog, HISTOIRE DU YUNNAN, Loisirs, MYTHE ET LEGENDE, TEMOIGNAGES | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook